le monde d'Yggdrasil Index du Forum
 
 
 
le monde d'Yggdrasil Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Les livres de Needa, Tome I
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le monde d'Yggdrasil Index du Forum -> Zone RP -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:33 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

Les époques oubliées : Le fléau, 2ème partie

LA FOLIE D'UN ÊTRE


Sur la petite planète Terre, Needa était enfin rentré, amenant avec lui sa nouvelle femme, Syna, une habitante de éa petite et mystérieuse planète Orion, bien décidé à entamer une nouvelle vie, dans le bonheur et le calme. Mais une promesse faite autrefois à un ami le fit revenir à son ancienne vie. A présent, Needa voulait plus que tout fonder une famille avec Syna, mais, à son retour, il fit la connaissance d’un dénommé Seta Misugi. Ce fut un choc pour lui. Il reconnut immédiatement là le fils de Baddack, et aussitôt, il se souvint de la promesse faite juste avant sa mort. Il avait promis à son père de veiller sur lui, et jamais il n’avait trahi sa parole. Needa ne le savait pas, mais à cause de cette promesse, il allait perdre sa femme.

Il prit alors Seta pour élève, afin de le former au combat. Il enseigna à son jeune apprenti pratiquement tout ce qu’il savait sur l’art de se battre, mais il lui fut part également de toutes ses connaissances. Cet enseignement changea à jamais le jeune Seta. Il devint pratiquement la copie conforme de son maître, mais avec une arrogance encore plus grande. Physiquement, son corps frêle laissa place à celui d’un guerrier. Mais le plus grand changement vint dans ses aptitudes de combattants. Il était le digne fils de son père, faisant honneur à sa force, mais l’entraînement qu’il avait subi lui donna une puissance démentielle, capable de terrasser n’importe quel ennemi. Tous ces changements étaient dus à l’immense souffrance qu’il avait éprouvée durant son apprentissage au combat. Malgré cela, même s’il ne le montrait pas, comme son maître, il était un être bon. C’est ainsi que Needa et Seta se nouèrent d’une relation plus qu’amicale…fraternelle. Ils vécurent énormément d’aventures ensemble. Par la suite, grâce à Needa, Seta fit son entrée dans la Guilde des maîtres en tant que disciple.

En cette même période, un ancien guerrier refit surface, celui qui était autrefois surnommé « The God Fighter », celui qui fut ressuscité en quelque sorte par les chercheurs de la Guilde des maîtres, grâce à un échantillon de son ADN…Taro. Pour Needa, il était temps de se montrer à son petit frère, lui révélant alors toute l’histoire sur son passé et la vérité sur ses véritables origines. Ce fut un choc. A l’inverse de Needa, qui, lorsqu’il découvrit son histoire, révélée au cours de son affrontement contre le traître Dark, changea littéralement en devenant mauvais, Taro, lui, montra une force de caractère bien plus grande que celle de son frère, et parvint à surmonter sa colère. Il devait en plus se battre contre son démon intérieur, sa part maléfique, autrefois connu sous le nom de « Misdery », qui tentait par tous les moyens de prendre le dessus sur son bon côté. Il était difficile à Taro de résister, car sa colère était immense, et le mal en lui se nourrissait de cela. Il savait que le temps lui était compté et qu’il fallait agir. Il décida d’entrer à la Guilde des maîtres comme disciple, pour neutraliser le mal en lui. Bugen Hagen lui vint en aide. Le grand maître avait toujours considéré Taro comme son propre fils, et lui prodigua un conseil auquel le guerrier ne s’attendait pas. Il lui fallait accepter, tout comme son frère autrefois, la part de mal en lui. Il ne le sut pas tout de suite, mais ce conseil allait lui sauver la vie, ainsi qu’à bon nombre d’innocents. Taro devait maintenant effectuer un travail sur soi-même, qui allait prendre beaucoup de temps, mais Bugen Hagen veillait sur lui.

A force d’être avec Seta, Needa délaissa sa femme, Syna. Cette dernière, se sentant seule et abandonnée, se laissa petit à petit séduire par un étrange individu rencontré lors de ses nombreuses soirées de solitude. Elle ignorait tout de cette personne et au fond, c’est ce qui l’excitait. Malheureusement, l’individu se trouvait être un membre d’une organisation criminelle terrienne. Needa ignorait tout de la tromperie justifiée de sa femme, étant trop occupé à s’entraîner et se battre avec Seta. Un soir, un drame se produisit…Un meurtre banal allait engendrer la plus grosse colère qu’il fut été donné de voir. Alors que Syna était en compagnie de son bel inconnu, elle fut prise malgré elle dans une fusillade. Les deux furent tués. Needa, apprenant la nouvelle et la vérité, grâce à la police, sur la tromperie de sa défunte femme, fut complètement bouleversé. Il s’en prit à lui-même, étant le seul fautif de cette situation, se maudissant plus que tout. Il jura de venger Syna…et c’est ce qu’il fit. Il tua les meurtriers de sa femme, sans aucune pitié, et toute l’organisation criminelle en relation avec eux. Malheureusement, sur Terre, faire justice soit-même est répréhensible par la loi. Sa vengeance terminée, il n’avait plus aucun but dans la vie, complètement anéanti par la mort de sa femme. Ainsi, lorsque la police vint le chercher pour le mettre en prison, il se laissa emmener. Bien que ses amis, dont Seta et une dénommée Ioshi Jyrion, qui fut son avocate pour le procès, le tribunal ne leur donna pas raison.

En prison, dans une des plus violentes de la planète, il ne répondit jamais aux agressions verbales des détenues, qui le connaissaient très bien sur Terre, et c’est pour cela qu’ils s’en prenaient à lui. Pendant quelques temps, Needa ignorait cette violence, jusqu’à ce qu’elle devienne physique. Une nuit, pratiquement tous les détenus s’en prirent à lui, le passant à tabac comme jamais. Needa ne put rester insensible à cette agression. Il laissa alors échapper toute la colère qu’il avait en lui depuis la mort de Syna. Il aurait tué tous les détenus si ceux qui étaient ses amis n’étaient pas intervenus. Seta, Benji, et un dénommé Azaghal, connu comme étant le plus grand sabreur de tous les temps, plus puissant que les grands maîtres Jedis de jadis, arrivèrent en prison, ayant senti l’aura maléfique de leur ami refaire surface. A la grande surprise de Needa, ces derniers s’opposèrent à lui, ayant la ferme intention de le stopper dans sa folie, par n’importe quels moyens. Un autre guerrier vint les aider, Sangoku Kakarotto, celui qui fut le premier élève du défunt Carot. Avant son intervention en prison, il s’était enfin décidé à se dévoiler aux autres disciples sur Terre, leur révélant son histoire, mais personne ne le vit se battre jusqu’alors, bien qu’ils avaient entendu bon nombre d’histoire sur celui qui fut le plus jeune général de la Guilde des maîtres, menant les armées du Nord au combat contre le mal. Il était une légende vivante, bien qu’étant très discret.

Un combat titanesque s’engagea alors entre Needa et ses amis, au terme duquel ils eurent raison de lui. Il avait réussi à leur tenir tête grâce à une technique très puissante, consistant à se cloner à volonté, sans perdre en puissance. Needa parvint miraculeusement à s’enfuire, blessé, trouvant refuse à l’intérieur de grottes profondes. En secret, il préparait sa vengeance, mais pour ce faire, il lui fallait retrouver toutes ses capacités. Pour lui, ses amis l’avaient trahi. Tout ce qui pouvait séparer Needa du mal absolu était brisé…Il redevint mauvais, comme lors de sa première folie. Lorsqu’il fut rétabli, il commença sa quête vengeresse. Il savait pertinemment qu’en affrontant ses amis ensemble, comme en prison, il ne pouvait gagner, alors il s’attaqua à eux individuellement. La première victime fut Azaghal. Bien qu’il n’avait de rival au combat à l’arme blanche, son sabre ne put le protéger de la puissance gigantesque de Needa. Au seuil de la mort, Azaghal échappa à son funeste destin grâce à l’apparition d’un nouveau Dark, celui de Sangoku. En effet, lorsque Needa s’apprêta à porter le coup de grâce à son adversaire, il sentit la venue du nouveau guerrier, apportant avec lui une grande puissance. Immédiatement, il se rendit sur place, laissant ainsi la vie sauve à Azaghal.

Quant il arriva sur les lieux, Sangoku était en plein combat contre son Dark. Needa n’intervint pas, préférant assister au duel comme spectateur. Au terme du combat, le Dark fut vaincu, mais Sangoku également. Les deux adversaires périrent devant le grand plaisir de Needa. Ce dernier décida maintenant qu’il était temps pour Benji de payer ce qu’il lui avait fait subir. Il usa d’un plan autre qu’un simple duel. Il voulait le faire souffrir, ainsi, il décida de s’attaquer directement à la femme que son rival de toujours aimait. Cette dernière, au cours de l’affrontement, se révéla, à la grande surprise de Needa, être une guerrière redoutable, bien qu’elle n’eut aucune chance de le contrer. Cependant, elle parvint à résister assez longtemps pour que Benji arrive. Il partit aussitôt, laissant son rival venir au secours de sa bien-aimée, très mal en point. Elle eut la vie sauvée grâce à des soins rapides prodigués à l’hôpital.

Needa s’attaqua maintenant à celui qu’il considérait comme son frère, Seta. Un duel fratricide s’engagea entre les deux guerriers…le maître contre l’élève. Needa dominait le combat de bout en bout, mais Seta n’avait pas subi son terrible entraînement pour rien. Il dévoila une résistance et une force immenses, démontrant une bravoure et un courage sans limite. L’impensable survint, Seta parvint à prendre le dessus, arrivant à blesser très gravement Needa. C’est à cet instant qu’il fut trahi par son arrogance. Trop sûr de lui, de sa puissance plus grande que son adversaire, il ne se doutait pas que ce dernier avait encore la force renverser le combat. Needa profita de ce moment d’inattention pour déchaîner une attaque destructrice sur Seta…il ne s’en remettra pas. Mais il n’était le digne fils de Baddack pour rien, le prince des Rebels. Après l’attaque, Seta était encore debout, prêt à se battre. Needa n’en revint pas. Néanmoins, Seta savait maintenant qu’il ne pouvait plus espérer une issu heureuse au combat, alors il décida de tenter sa dernière chance. Pour la première fois de sa vie, il déclencha sa plus puissante attaque, la « World End », qui deviendra par la suite la plus puissante technique de l’univers, utilisant toutes les ressources vitales de son corps et tout son énergie. Il savait qu’au vu de son état, il ne survivrait, mais il n’en avait cure, car la protection d’innocents passait avant tout. Seta périt en déclencha sa technique, espérant emporter avec lui dans la mort Needa. Malheureusement, la « World End » n’était pas encore au point, et c’est ce qui permit à son adversaire de survivre. Juste avant de mourir, Seta fut empli d’une immense tristesse lorsqu’il vit que Needa était encore en vie. Alors qu’il n’avait tué personne pour le moment, cette mort fut le début de la fin pour lui.

Bugen Hagen avait eu vent de cette histoire, mais étant donné que Needa n’avait tué personne, il le pensait simplement en colère pour la mort de sa femme et que l’histoire se calmerait avec le temps, mais jamais il ne se serait attendu à un tel revirement de situation. La mort de Seta fut une tragédie pour le grand maître, qui se sentait responsable, car il n’avait accordé d’importance à cette folie, croyant toujours que son disciple était un être bon. Malheureusement, les origines de Needa étaient plus fortes que tout, et elles montrèrent qu’il était bien un être du mal. Pour Bugen Hagen, il était d’intervenir. Il savait pertinemment que Zeus n’accorderait une seconde fois une deuxième chance de résurrection, comme ce fut le cas contre les Darks pour Needa et Ryo. Il savait également que si l’erreur venait de lui, il ne risquerait pas grand chose contre le Dieu des dieux, le grand maître ayant un lien particulier avec le créateur de l’univers. Il se tourna alors vers l’Elu Blanc, n’étant autre que Ryo Minamoto. Bugen Hagen connaissait les pouvoirs de l’héritier du Paradis, qui était le seul dans l’univers, autre que Zeus, à pouvoir permettre la résurrection d’un être. Lorsque le grand maître lui demanda cette faveur, ayant été enseigné et élevé, entre autre, par ce dernier, Ryo ne put dire non, même s’il allait contre les lois de la vie. Il donna son accord par honneur et fidélité envers Bugen Hagen. Ainsi, Seta, mais également Sangoku, furent ressuscités. Mais ces derniers, bien que de retour à la vie, refusèrent de retourner au royaume des vivants pour le moment, car au royaume des morts, ils étaient en compagnie des grands maîtres d’autrefois, et il voulait parfaire leur entraînement pour devenir encore plus fort.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:33 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:34 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

Les époques oubliées : Le fléau, 2ème partie (suite)

LA CHUTE DE NEEDA


Pendant ce temps, au royaume des vivants, Needa, perdu dans sa colère et sa rage, voulait maintenant en finir. Il avait l’intention de réduire l’univers à néant, suivant ainsi le but que Shyria avait toujours voulut atteindre. Il se rendit dans un lieu inaccessible aux vivants et aux morts, un lieu accessible seulement aux créateurs…La fin des temps. Mais les pouvoirs de Needa ne semblaient avoir de limites, sans cesse en constante augmentation. Ils lui permirent de forcer l’accès au lieu interdit. La Fin des temps était un endroit des plus étranges, situé hors de l’espace et du temps, entre les cinq royaumes ; l’Enfer, le Paradis, le royaume des vivants, le royaume des morts, Gaïa. En ce lieu, cinq portes étaient présentes. Elles menaient chacun à un des cinq royaumes. Needa voulait ouvrir la porte de l’Enfer, afin de délivrer l’armée du mal pour provoquer la fin de l’univers, car en ce moment, aucune armée n’aurait pu lui faire face. Alors qu’il était sur le pouvoir de mettre son plan à exécution, un ancien ami s’interposa entre lui et la porte de l’Enfer…Sangoku.

Durant sa mort, au royaume des morts, Sangoku avait été pris en charge par ceux qui furent les maîtres de Needa, Yoda et Vegeta. Ils lui enseignèrent tout ce qu’ils enseignèrent un jour à leur disciple. Sangoku acquis alors toute la connaissance au combat que Needa, et une puissance aussi grande et destructrice. Lorsque Ryo lui redonna la vie, il préféra encore s’entraîner avec les grands maîtres, car ces derniers voyaient en Sangoku celui qui pourrait arrêter Needa, le seul étant assez fort pour y parvenir, mais il lui fallait encore de l’entraînement. Malheureusement, le temps était compté. Bugen Hagen se tourna alors vers Benji Shinamori, mais ce dernier était au chevet de sa bien-aimée et ne voulait pas l’abandonner. Siruis Dark et son maître, Biggoron, étaient introuvables, tout comme Shorin, enquêtant dans les sphères célestes au sujet des bersekers d’Arès. Le grand maître refusa à envoyer Seta, car même s’il avait acquis une plus grande puissance et force au royaume des morts, il n’était pas de taille contre Needa. Il voulait protéger le disciple, car s’il mourait une deuxième fois, ce serait pour toujours. Heureusement, Sangoku fit son retour à temps. Grâce à Bugen Hagen, il put se rendre dans le lieu « la fin des temps ».

A présent, Needa et Sangoku se faisaient face, chacun observant l’autre. Ils se préparaient mentalement au combat qui les attendait. Sangoku tenta vainement de faire revenir Needa à la raison, mais au fond de lui, il savait que cela était inutile. Les deux guerriers l’ignoraient, mais dans ce duel, ils allaient découvrir ce pour quoi ils étaient si spéciaux, la grande vérité sur leurs origines allait leur être révélée. Lorsque l’affrontement commença, ce fut deux gigantesques puissances qui s’opposèrent l’une à l’autre. Les deux guerriers possédaient maintenant le même enseignement au combat, et aucun ne parvenait à prendre l’avantage sur l’autre. Ils eurent beau utiliser leurs plus puissantes techniques, rien n’y faisait. Ce n’est seulement au moment où ils comprirent que seuls les arts martiaux pouvaient les départager, que le combat changea. La différence entre Sangoku et Needa était que l’un avait suivi l’enseignement de Carot, le plus puissant Sayien de tous les temps. Il possédait la plus grande technique de combat qui soit, et dans ce domaine, personne ne pouvait lui rivaliser, pas même Vegeta ou Baddack. Son élève hérita des dons de combattants de son maître. Lorsque Needa et Sangoku entrèrent dans un duel épique au corps à corps, l’héritier des ténèbres prit certainement la plus grosse correction de sa vie. Il fut humilié et complètement ridiculisé par son adversaire. Mais alors que Sangoku aurait dû arrêter Needa, ce fut tout le contraire qui se passa. Blessé au possible, l’Elu Noir dévoila alors une rage et une colère insoupçonnées. Il laissa éclater toute sa furie, laissant le mal prendre contrôle sur ton son être. Il devint alors ce pour quoi il était prédestiné depuis sa naissance…le Dieu du mal, le seul à pouvoir mener l’armée du mal, créée par la déesse du mal Shyria. Avec ce nouveau pouvoir, il pouvait enfin détruire l’univers et annihiler toute vie. Mais Sangoku ne s’avoua pas vaincu. Croyant toujours à sa supériorité, il se lançant dans le combat, n’ayant soupçonné que Needa était devenu maintenant un autre être, possédant une puissance qui le dépassait complètement. Ce fut alors au tour de Sangoku de subir la loi de son adversaire. Jamais dans sa vie il ne reçut pareille leçon de puissance, de résistance et de force. Sangoku ne put strictement rien faire, mais pourtant, il luttait toujours. Malheureusement, ce fut une question de temps avant que Needa ne l’écrase littéralement. Finalement, le Dieu du mal terrassa Sangoku, et ce dernier, vivant ses dernières secondes, vit toute sa vie défiler d’un coup. Il revit alors ses plus beaux moments, mais surtout, tous ceux qu’il aimait. C’est cette vision qui allait non seulement le sauver, mais faire de lui le sauveur de l’univers. Il se souvint de son entraînement au royaume des morts et du conseil des grands maîtres, qui était d’accepter le mal en chaque Sayien, surtout des purs, comme lui. Au seuil de la mort, il l’accepta finalement. Son Dark apparut soudainement, entrant dans le corps de son opposé. Les deux entités fusionnèrent pour donner naissance au véritable Sangoku, celui de la prophétie des Sayiens, qui annonçait la venue de leur dieu…Sangoku devint alors le Dieu des Sayiens.

Lorsque le combat reprit, ce n’était plus deux guerriers qui luttaient, mais deux divinités aux prises avec l’avenir de l’univers. Ce n’est seulement quant ils utilisèrent tous deux toute leur puissance dans une attaque de la dernière chance, que la bataille prit fin. Les deux êtres étaient à bout de force, blessés comme jamais, mais un des deux avait vaincu l’autre…Sangoku. Bien que ne pouvant plus se battre, il était, lui, encore debout. Alors qu’il pensait le cauchemar terminé, celui-ci ne faisait que commencer. Needa était encore conscient, et ce dernier rampait jusqu’à la porte de l’Enfer. Sangoku ne put le rattraper, et il assista, impuissant, à l’ouverture de celle-ci. Mais alors qu’il s’attendant à voir se réveiller l’armée du mal, pensant l’univers fini, que l’espoir revint. En effet, ce ne fut pas l’armée du mal qui sortit de cette porte, mais les créateurs. Ils avaient été prévenus au dernier moment par Bugen Hagen, le seul à pouvoir entrer en contact avec eux, et ensemble, ils avaient tendu un piège à Needa. Quant la porte s’ouvrit, un souffle terrible emporta le Dieu du mal en Enfer, dans la dimension la plus terrible qui soit, afin d’y subir des tortures éternelles. Pour la première fois de sa vie, la terreur s’envahit de Needa, et grâce à ce sentiment humain, celui de la peur, le mal disparut en lui, laissant place au bien…mais il était trop tard pour lui. Voyant son ennemi redevenir celui qui était son ami, Sangoku n’hésita pas une seule seconde à lui venir en aide. Il tenta par tous les moyens de le sauver, mais le souffle était bien trop puissant. Il fut impuissant lors de la chute de Needa, emporté dans la porte de l’Enfer.

Le cauchemar était finalement terminé, l’ennemi vaincu. Sangoku décida de prendre congé quelques temps de son rôle de disciple, la perte de son ami l’ayant beaucoup atteint. Il partit dans les galaxies oubliées.

Pour Bugen Hagen, il était temps de créer une nouvelle Guilde des maîtres, pour la rendre plus forte, afin d’empêcher pareille histoire de se renouveler. Il allait mettre en place une organisation plus puissante que la dernière, profitant de cette période de calme…mais il ignorait que quelque chose s’apprêtait à se réveiller…


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:34 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

Les époques oubliées : La nouvelle Guilde des maîtres

La dernière guerre contre le mal, celle qui vit la fin de la déesse Shyria, avait grandement diminué les armées de la Guilde des maîtres et les grandes nations alliées, au point que certaines avaient complètement disparu. Lors de la deuxième folie de Needa, le pire cauchemar de Bugen Hagen fut sur le point de se réaliser, l’univers faillit être détruit, ne devant son salut qu’à l’intervention de Sangoku. C’est à cet instant précis que le grand maître comprit l’impuissance de la Guilde des maîtres à protéger les mondes. En ces temps sombres, jamais elle n’aurait pu empêcher Needa d’accomplir ses noirs desseins. Après ce terrible événement, Bugen Hagen sut qu’il fallait reconstruire toute la Guilde des maîtres pour la rendre plus forte, afin d’assurer la protection de l’univers pour le mieux.

Taro fut celui qui allait lui apporter une très grande aide. Son frère n’étant plus, le trône de Nasgaroth lui revenait de droit. Taro décida qu’il était temps que quelqu’un prenne les choses en mains. Il se rendit en Enfer, puis monta sur le trône, prenant ainsi le pouvoir suprême sur Nasgaroth. Petit à petit, il allait redonner force et puissance au royaume, comme aux temps glorieux, où le roi Neden dirigeait la cité. Taro ne fut pas le seul être qui s’engagea à aider la Guilde des maîtres ; Sangoku, Seta, Benji et Shorin également. De par leurs origines et leur statut, ils apportèrent avec de nouveaux alliés au sein de l’organisation.

Ainsi, Sangoku prit en main son peuple, celui des Sayiens, car depuis la terrible guerre, qui vit la mort du légendaire Baddack, l’armée, si puissante à l’époque, avait été grandement amoindrie, perdant énormément de sa force. A présent, même si leur nombre était restreint, les Sayiens virent leur puissance augmenter grâce à Sangoku. Ce dernier allait s’occuper de former son peuple à son propre art du combat. C’est ainsi que les Sayiens redevinrent des alliés très précieux à la Guilde des maîtres. Suivant l’exemple de Sangoku, Seta allait opter pour la même voie. Etant le fils de Baddack, le roi Rebel, le trône de ce peuple lui revenait de droit. Pour la première fois, il se révéla à ceux qui lui devaient allégeance. Mais ce n’est pas seulement pour venir en aide à la Guilde des maîtres que Seta emprunta cette voie, mais également pour honorer tout ce que son père a fait au cours de sa vie. Il lui rendit hommage en devenant le nouveau roi des Rebels.

Benji et Shorin, grâce à leur popularité au sein des Saints dans les sphères célestes, usèrent de celle-ci pour convaincre leurs frères de rejoindre la Guilde des maîtres. Ils réalisèrent ce que personne n’avait jusqu’à alors réussi, ils avaient permis une alliance inespérée avec ce peuple si puissant, mais qui, au cours des années, ne s’était préoccupé principalement que de leurs soucis, renfermé dans leurs mondes. Très peu avaient été les Saints à participer activement à l’histoire de l’univers. Shorin était l’un des seuls avec son disciple, Benji. Ce dernier, d’ailleurs, devenu une véritable légende parmi les siens depuis la première guerre Sainte, comme son maître, celui qui vaincu le dieu Poséidon, fut d’une grande importance pour l’adhésion des Saints au sein de la Guilde des maîtres.

Petit à petit, Bugen Hagen voyait son organisation se reconstruire, et les alliés se faire de plus en plus nombreux, mais surtout très puissants, grâce notamment à ses disciples, ce qui le rendit très fier.

Malheureusement, il n’y eut pas que du bon à cette période, car une perte terrible fut à déplorer. Un des deux derniers grands maîtres, Biggoron, disparut. Encore aujourd’hui, personne ne sut les causes de sa mort, qui resteront un grand mystère de ce temps. Le seul possédant la vérité fut son disciple, Siruis Dark, mais ce dernier ne fut plus jamais vu dans le royaume des vivants. Nul ne sera ce qu’il adviendra de lui, ni même s’il est toujours vivant. Les dernières informations obtenues avant la disparition de Biggoron, étaient que son disciple et lui-même voyageaient dans les profondeurs des galaxies du Sud. Quelque chose avait dû se passer, quelque chose de terrible…

Ryo Minamoto, quant à lui, ne fut plus le même depuis la mort de son maître, Carot, tué lors des événements avec les Darks. Quelque chose en lui avait changé, le rendant petit à petit…fou. Apparemment, c’est ce qu’il semblait être, une partie de lui avait été gagnée par une folie mystérieuse…la vérité ne viendra que plus tard, au cours d’une guerre terrible, qui allait changer la face de l’univers. En cette période, Ryo fut très absent, allant et venant entre le royaume des vivants et celui du Paradis. D’ailleurs, il délaissa un peu son rôle de roi, mais malgré tout, son travail effectué à Alcania durant toutes ces années ne changea rien du tout à la puissance et à l’importance de la capitale, heureusement pour la Guilde des maîtres.

Vers la fin de cette période, un miracle survint…Needa fut de retour au royaume des vivants…mais complètement changé. Alors qu’il était prédit à un avenir de souffrance éternelle à l’intérieur de la porte de l’Enfer, il parvint à s’enfuire, son mental l’ayant sauvé. Son évasion restera un grand mystère de l’histoire, car jamais personne n’a pus s’enfuire des dimensions de tortures de l’Enfer, réservé aux âmes damnées. Il ne révélera jamais son secret. Lors de son retour, les tortures subies l’auront complètement changé. Plus aucune émotion ne ressortira de son visage, n’étant plus qu’une sorte de robot, froid, insensible. Son retour surprendra tout le monde, Bugen Hagen le premier. Ils se demandèrent tous s’il était toujours mauvais, s’il fallait l’éliminer, mais Sangoku leur avoua qu’avant sa disparition, il était redevenu bon. Il se passa quelques temps comme ça, sans que Needa ne dise quoi que se soit ou ne ressente quelque chose, jusqu’au jour où son ami de toujours, Seta, ne pouvant rester de marbre face à la situation, oublia sa fierté pour lui venir en aide. Ce n’est que grâce à lui que Needa redeviendra finalement ce qu’il avait toujours été, un guerrier du bien.

Dès lors, il s’attela à une tâche très lourde, celle de se faire pardonner par ses amis. Seul Benji n’acceptera pas son pardon, vouant à présent une haine sans limite à son grand rival. Pour commencer, il se rendit à-nouveau dans le lieu la "Fin des temps" et abandonna ses pouvoirs à jamais, étant la source du mal en lui. Bien que Needa se soit réconcilié avec toutes les personnes qui lui étaient chères, Bugen Hagen ne put le garder au sein de la Guilde des maîtres, à cause de ses actes passés. C’est ainsi qu’il fut banni à jamais de l’organisation, mais cela ne le surprit pas, il s’attendait à cette sanction. Néanmoins, il allait quand même apporter une aide très précieuse à la Guilde des maîtres. Il voyagea à travers les galaxies pour se rendre dans celle des Jedis. Il était reconnu parmi ce peuple sur le déclin comme l’héritier de maître Yoda, ayant été son élève. D’ailleurs, il était le plus puissant guerrier Jedi. Depuis la mort du grand maître, ce peuple fut quasiment oublié, mais le pire, c’est qu’il s’oublia lui-même, ses origines, son pouvoir…

Needa entreprit alors des travaux dans toute la galaxie, dans l’espoir de rendre la gloire et la puissance d’antan des Jedis. Le temple Jedi, laissé à l’abandon, fut repris de sa main, et reconstruit. Il instaura également, sur plusieurs planètes, des centres Jedis, pour accroître le nombre des guerriers, et ainsi sécuriser au mieux la galaxie. Pendant son long séjour, il s’attela à la formation de jeunes Padawans, les faisant devenir des véritables Jedis. Dans sa tâche, il fut aidé par une légende vivante, le dernier de l’ancien temps, Mace Windu, le seul dans toute l’histoire de ce peuple à avoir pu rivaliser avec maître Yoda en personne. Needa et lui firent réapparaître les Jedis au sein de l’univers. Mace Windu devint, après la reconstruction, le maître de la galaxie, veillant sur les siens. Grâce à Needa, ils redevinrent les grands alliés de la Guilde des maîtres d’autrefois.

Cette longue période marqua le renouveau de la Guilde des maîtres, qui, grâce entre autre à ses disciples, vit l’apparition de nouveaux alliés, très puissants, au sein de son organisation. Bien que le grand conseil des grands maîtres fut dissout, ne restant plus que Shorin, la Guilde des maîtres pouvait être très fier de sa croissance fulgurante à travers l’univers, notamment d’un camp militaire construit dans les sphères célestes, chose impossible avant, qui permettait à de nouveaux disciples de profiter de l’expérience des Saints. Pour diriger les centres de formation aux armes blanches, notamment ceux Jedis, la Guilde des maîtres enrôla dans ses rangs, en tant que maître, le grand Azaghal, le plus grand manieur du sabre de tous les temps. Un nouveau maître fit également son apparition, apportant avec lui toute sa connaissance en la magie. D’ailleurs, elle était la plus grande magicienne de l’époque et elle s’appelait Isohi Jyrion.

Cependant, malgré la toute nouvelle puissance des forces du bien, une nouvelle menace allait surgir, mais elle ne fut pas celle attendue, car le mal était très peu présent en ces temps…Une guerre terrible survint, une guerre qui marqua un changement complet dans l’univers…La guerre contre les créateurs.


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:34 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

Les époques oubliées : La guerre contre les créateurs

LIBERTE


Dans l’histoire de l’univers, la guerre contre les créateurs est certainement l’une des plus importantes qu’il n’y ait eu, au niveau historique, car elle marqua la rébellion des êtres mortels contre les lois universelles. Ils se battirent pour une liberté, celle d’un avenir, d’un destin choisi et non imposé, car les créateurs, à l’origine des principales prophéties, avaient pratiquement un sort pour chaque être vivant.

A l’origine, les créateurs, au nombre de dix, avaient été conçus par Zeus, le Dieu des dieux et fondateur de l’univers, pour l’aider dans sa tâche de construction des planètes et de la vie. Durant l’ère des Anciens, ils ne firent parler d’eux, trop occupés à la création de prophéties. De toute façon, ils avaient pour ordre de Zeus de ne pas intervenir dans la vie, tel était leur devoir. Pendant des millénaires et des millénaires, les créateurs restèrent à l’écart, se cantonnant au rôle d’observation qui leur était dû. Tout bascula le jour où Zeus créa le peuple des Saints. Lui qui avait toujours interdit une implication directe des créateurs dans la vie, le Dieu des dieux trahit son propre ordre en s’impliquant personnellement auprès des Saints, auxquels ils s’étaient réellement attachés, les considérants comme des propres enfants. Se sentant trahis, les créateurs quittèrent Zeus pour former leur propre ordre. A partir de ce jour, ils entrèrent activement dans la vie.

Au début, ils agissaient selon le bien des personnes, mais au fur et à mesure du temps, leurs propres besoins passèrent par-dessus tout. Ils créèrent et modifièrent même certaines lois universelles. Ils allaient jusqu’à gouverner des civilisations entières, ce qui était strictement interdit par Zeus, mais étant donné qu’ils n’étaient plus ensemble, les créateurs n’en avaient que faire des interdictions du Dieu des dieux. Ce n’est que lorsque la première guerre contre le mal eut lieu qu’ils ne firent plus jamais entendre parler d’eux, mais en secret, ils prévoyaient de s’accaparer du destin de tous, des vivants comme ceux qui n’étaient encore pas nés, afin d’avoir un contrôle total sur l’univers. Cela, personne ne le sut jamais, pas même Zeus. La vérité ne sera découverte que plus tard, bien plus tard…

Les années et les ères passèrent, jusqu’à ce qu’une personne fasse appel directement aux créateurs, une personne qui les connaissait personnellement : Bugen Hagen. Cela se passa durant la deuxième folie de Needa, lorsque ce dernier allait être sur le point de détruire l’univers. Sans eux, la fin de tout aurait été provoquée avec le réveil de l’armée du mal. Les créateurs n’étaient en rien mauvais, mais ils voulaient avoir un contrôle sur tout, mais aussi que tout le monde respecte les lois universelles qu’ils avaient instaurées. Dans l’histoire, jamais personne n’avait outrepassé ce règlement…jusqu’à ce jour.

Au royaume des vivants, sur Terre plus précisément, depuis le retour au premier plan de la Guilde des maîtres, beaucoup de choses s’étaient passées sur la planète Terre, bien que d’importance ridicule au niveau universelle, mais qui provoqueront une guerre directe contre les créateurs. Tout commença le jour du mariage de Seta Misugi avec une dénommée Lynn Hurley. De cette union allait naître une enfant. Malheureusement pour la famille, une prophétie prédisait qu’elle périrait, mais pour renaître par la suite, afin d’accomplir un destin de déesse guerrière. Lorsque la mort eut lieu, Seta ne put supporter cette douleur, et il décida par tous les moyens de la ramener des morts. Il essaya toutes les choses possibles et inimaginables, mais en vain. Il n’eut d’autres choix que de demander l’aide de son meilleur ami, Needa, qui par son statut possédait les autorisations des royaumes autres que celui des vivants. Bien que n’ayant plus de pouvoirs après les avoir abandonnés lors de son retour à la normale, il usa de magie noire, mais pas n’importe laquelle, celle utilisée par les sorciers de l’Enfer, ceux qui l’ont créé. Lors d’un rituel puissant et dangereux, il usa de son statut pour pénétrer les frontières séparant les royaumes de l’univers au royaume des morts, et fit face au gardien de celles-ci, Cerbère. Pour récupérer la fille de Seta, il n’eut d’autre choix que de tuer le gardien. Ce geste provoqua son bannissement du royaume des vivants. Les créateurs en furent immédiatement avertis. Needa le savait, et c’est pour cela qu’il décida de fuir. Il avait abandonné sa vie pour l’amitié qu’il vouait à Seta. Les créateurs se lancèrent à sa poursuite, à travers l’univers. Cependant, la fille de Seta avait été sauvée, mais par sécurité, elle fut envoyée dans des dimensions appartenant à la Guilde des maîtres, car Bugen Hagen ne pouvait rester de marbre face à cette situation. C’est lui-même qui plaça l’enfant dans une famille d’accueil, dans un des endroits les plus reculés de l’univers.

Pendant plusieurs semaines, personne n’entendit plus parler de cette histoire, jusqu’à ce que Needa revienne sur Terre, blessé, cherchant un refuge pour échapper aux créateurs. Il se rendit dans l’ancienne habitation du défunt Carot, où à présent vit Sangoku Kakaroto. D’ailleurs, c’est ce dernier qui le recueillit et le soigna de ses blessures. Par la même occasion, il fut mis au courant de la situation. Ensemble, ils décidèrent d’une incroyable chose…

Lors de sa fuite, Needa avait appris énormément de choses sur les créateurs, notamment le fait qu’ils avaient prévu un destin pour chaque personne, afin de contrôlé l’univers, de le garder sous leur joug. Il révéla cette vérité à Sangoku, et ensemble, ils décidèrent de ne plus fuir, cela étant inutile, car les créateurs les trouveraient tôt ou tard, mais au contraire, de les combattre. Bien qu’ils pensaient leur lutte vaine, qui finirait par leur coûter la vie, ils préféraient mourir libre plutôt que de vivre sous le contrôle des créateurs.

Ils se savaient moins forts que les créateurs au combat, alors ils étudièrent un plan minutieux pour en venir à bout, malheureusement, très peu réussiront. Pour le premier adversaire, Sangoku fit semblant d’avoir capturé Needa, le livrant ainsi à l’ennemi. Lorsque le créateur arriva pour s’emparer du fugitif, les deux guerriers le prirent par surprise, et après un bref combat, ils le tuèrent. La mort du premier créateur résonna dans l’univers entier, comme un écho. La guerre était déclarée. A présent, Sangoku et Needa étaient les êtres les plus recherchés. Plusieurs chasseurs de prime se lancèrent à leur trousse pour le compte des créateurs, mais aucun ne réussit sa mission, car Seta se mit en travers de leur chemin, pour protéger ses amis. Needa et Sangoku allèrent alors trouver refuge sur la planète Orion, hors du champs des créateurs. Là-bas, ils trouvèrent de l’aide en la personne de Nevius. Ce dernier, grâce à un sort puissant, les cacha de l’œil des créateurs.

Pour le deuxième créateur, les deux guerriers, grâce à la magie puissante de Nevius, surent où celui-ci se trouvait, et avec les pouvoirs de téléportation de Sangoku, Needa et lui l’affrontèrent directement, dans un combat au corps à corps. Nevius les avait mis en garde de ne pas opter pour un affrontement de front, mais la fierté des deux guerriers était trop forte. A cause de leur caractère, ils faillirent perdre la vie dans ce combat, car ce n’est pas un créateur, mais trois qu’ils affrontèrent. Sans l’intervention providentielle de Nevius, mais de Taro également, revenu au premier plan, ils seraient morts.

Pour vaincre le deuxième créateur, Sangoku et Needa, impuissants séparés, créèrent un nouvel art martial, fusionnant leur style de combat respectif, chacun faisait disparaître le défaut de l’autre. Alors qu’ils s’apprêtaient à retourner sur Orion, l’affrontement les ayant gravement blessé, deux créateurs apparurent devant eux, accompagné chacun de leur armée respective. C’est alors que Nevius fit son apparition, avec derrière lui, une armée d’elfes, d’anciens guerriers ayant combattu autrefois sous ses ordres. Il avait amené avec lui deux médicaments miracles appelés « Senzus ». Sangoku et Needa récupèrent immédiatement. Bien qu’étant en infériorité numérique, ils se lancèrent dans une bataille acharnée et violente. Malheureusement, il y avait peu de chance de victoire contre les créateurs, et rapidement, l’armée des elfes se retrouva amoindri.
Cependant, un miracle survint…Nevius tua un des deux créateurs, grâce à une attaque magique utilisant toute son énergie. Pour ce faire, il eut besoin de l’aide de Sangoku et Needa, qui se sacrifièrent contre le créateur, afin de laisser le temps à Nevius d’utiliser sa technique. A présent l’espoir disparut complètement, car aucun des trois guerriers, les seuls capable de vaincre le troisième créateur, étaient en état de combattre. Taro fut leur sauveur. Il arriva sur le champs de bataille avec son armée, celle de Nasgaroth, son royaume. Le combat prit alors une dimension homérique, titanesque. Taro, lui, affronta le troisième créateur seul. Au cours du duel, il se rappela de l’enseignement de Bugen Hagen durant son apprentissage au combat, et des techniques mortelles apprises avec lui. Dépassé par la puissance du créateur, Taro utilisa la plus puissante technique, mais également la plus mortelle. Alors qu’il aurait dû perdre la vie en l’utilisant, sa résistance lui permit de survivre miraculeusement. Quant au créateur, il périt. Les deux armées disparurent avec la mort de leur maître. La bataille était finalement terminée, et déjà, quatre créateurs avaient été vaincus. Sangoku et Needa retournèrent sur Orion, mais sans Nevius, ce dernier disparaissant, pour une missions précise. Il reviendra bien plus tard pour jouer à-nouveau son rôle de sauveur. Taro, lui, retourna à Nasgaroth, avec son armée.

Pour le cinquième créateur, Sangoku et Needa recevront l’aide inattendue de Ioshi Jyrion, la plus puissante magicienne de l’époque. Bien qu’ayant disparue depuis longtemps, elle refera surface pour aider ses amis à vaincre le créateur. Des trois guerriers, seul Sangoku aura la technique pour venir à bout de leur adversaire, celle nommée « le Genkidama divin ». Needa et Ioshi se lanceront alors dans un combat perdu d’avance, sans aucune chance de vaincre, pour donner le temps nécessaire à Sangoku. Au cours de l’affrontement, Needa et Ioshi se protègeront mutuellement en se sacrifiant tour à tour pour l’autre. Ils feront preuve d’un courage et d’une détermination hors norme, ainsi que d’une grande amitié l’un envers l’autre. Sans cette coopération, jamais Sangoku n’aurait pu venir à bout du créateur, littéralement submergé par la puissance dévastatrice du « Genkidama divin ».

Contre le sixième créateur, le héros ne fut pas Sangoku, mais Needa cette fois-ci. L’adversaire se trouva être le créateur de l’art Jedi, le maître, le seul que le défunt Yoda ait eu. Bien qu’ayant été le second disciple de maître Yoda à l’art Jedi, Sangoku ne put résister longtemps face au créateur. Ce fut Needa qui s’occupa seul de l’adversaire. Le combat fut certainement un des plus beaux duels au sabre laser qu’il n’y ait eu. Ne pouvant venir à bout de son opposant, le créateur cessa alors le combat. Il expliqua aux deux guerriers qu’il les avait testé pour savoir s’ils étaient assez forts pour remporter cette guerre. Maintenant qu’il avait la réponse, le créateur se tua, fier de ses deux valeureux adversaires, qu’il considérait en fait comme ses propres élèves.


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:35 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

Les époques oubliées : La guerre contre les créateurs

UN NOUVEAU MONDE



Contre le septième créateur, Needa et Sangoku se révélèrent une nouvelle fois impuissants. Ils apprirent énormément auprès de leur adversaire. Ce dernier se révéla être le légendaire créateur des arts martiaux. Ce fut le combat le plus éprouvant et le plus difficile qu’ils eurent à livrer. Séparés ou ensemble, rien n’y faisait, le créateur des arts martiaux dominait le combat. Cependant, alors que Needa prenait une véritable raclée, Sangoku, lui, réussit l’exploit de rivaliser avec au corps à corps, ceci grâce à l’enseignement de son défunt maître, Carot. Ne trouvant de solutions pour venir à bout de leur adversaire, un autre guerrier allait refaire surface après la réapparition de Taro et de Ioshi…Ryo Minamoto. Si le septième créateur fut vaincu, ce fut essentiellement grâce à l’Elu Blanc. Sangoku et Needa, épuisés et touchés par le combat, durent laisser Ryo se battre seul. Ce dernier utilisa l’art martial du paradis, celui créé par le roi Galcian lui-même. Ryo eut beau se battre avec rage et détermination, seul, il ne peut strictement rien faire. Mais ceci était un piège, car Ryo savait pertinemment qu’il ne remporterait le combat, il voulait simplement étudier son adversaire, afin de connaître la technique qui en viendrait à bout. Il demanda alors à Sangoku et Needa de combattre une nouvelle fois, pour qu’il puisse vaincre le créateur. Les deux guerriers n’avaient pas le choix, et durent se sacrifier une nouvelle fois. Cela faillit être fatal pour eux, mais heureusement, Ryo les sauva à temps en réalisant sa technique la plus puissante, une qu’il avait inventé durant son absence. Malheureusement, il perdit la vie, mais en emportant dans la mort le créateur. Avant de mourir, toute la vérité sur Ryo fut révélée. Dans les anciens écrits, ceux dont les créateurs ignorent, il était dit que l’Elu Blanc deviendrait un jour le Dieu du bien. Or, pour ce faire, il devrait mourir deux fois, afin de devenir le guerrier de la légende. Etant mort une fois, Ryo venait de perdre la vie une deuxième fois, ce qui l’amènerait à renaître…pour devenir le Dieu du bien, comme l’Elu Noir, devenu le Dieu du mal.

A cet instant précis, lorsque Ryo et le créateur disparurent, un nouvel ennemi fit son apparition, profitant de l’état lamentable des deux guerriers. Sangoku et Needa ne purent rien faire, ni même se défendre convenablement face à un adversaire, déjà plus puissant à la base, mais surtout en pleine forme comparé à eux. Il leur infligea une sévère correction, et s’apprêta ensuite à leur porter le coup de grâce, mais un ami de longue date de Sangoku vint leur prêter main forte…un dénommé Itachi, un guerrier ninja de grande puissance. Il se battit contre le créateur, mais bien qu’il était puissant, il ne possédait la force pour le vaincre. Il fut rapidement envoyé au tapis, sans pour autant abandonner. Sangoku et Needa, ne pouvant lui venir en aide par la force, décidèrent d’unir leur force pour vaincre le créateur. Ils donnèrent tout ce qui leur restait comme énergie à Itachi, gardant le minimum vital en eux. Le combat contre le créateur tourna alors en sa défaveur. Itachi ne devait à présent compter que sur lui-même, et au terme d’un affrontement terrible, qui le blessa terriblement, il parvint à se défaire de son adversaire, grâce à la technique ancestrale des ninjas. Il partit ensuite avec Sangoku et Needa sur Orion, afin de reprendre des forces. Une fois les blessures guéries, Itachi partit, lui aussi pour une mission précise, laissant Sangoku et Needa seul face au prochain créateur…le neuvième.

Le combat contre le neuvième créateur fut expéditif, ce dernier ne pouvant faire quoi que se soit face à ses adversaires. En effet, Needa et Sangoku mirent leur fierté de côté pour fusionner leur force. Ils donnèrent alors naissance à un guerrier d’une puissance extrême, qui ne laissa pas la moindre chance au créateur de se défendre. Ce dernier fut vaincu facilement et rapidement. Mais lorsqu’ils vinrent à stopper leur fusion, une vision apocalyptique se dessina devant eux. Le dixième créateur, celui qui était le chef, le premier à avoir été créé par Zeus, le plus puissant des dix, fit une apparition théâtrale, accompagné par sa gigantesque armée, dépassant en puissance et en nombre celles de l’univers.

Sangoku et Needa restèrent paralysés devant cette vision, car à cet instant, ils savaient que tout était fini. Néanmoins, même s’ils n’avaient plus d’énergie pour se battre, ils préféraient mourir en combattant que de ne rien faire. Mais un ami de longue date ne les avait pas oublié…Seta Misugi arriva sur le champs de bataille, ayant ramené avec lui la redoutable armée des Rebels. Il n’était pas venu les mains vides, mais avec les « Senzus », qui rétablirent Needa et Sangoku en un rien de temps. Malgré la puissance de l’armée des Rebels, ce n’était comparée à celle du créateur. Itachi arriva alors, menant une redoutable armée, celle des ninjas. Nevius suivit, réapparaissant enfin avec une très grande armée qu’il avait réuni pendant la guerre contre les créateurs. C’était essentiellement des elfes. La plus importante des aides vint en la personne de Taro. Il avait réussi l’impensable, unir l’armée de Nasgaroth et celle du Paradis sous une même bannière. La bataille pouvait enfin commencer, et ce fut dans un fracas d’apocalypse qu’elle débuta.
Au cours du combat, Seta, Taro, Needa, Sangoku, Itachi, Nevius, tous combattirent le dernier créateur en duel, et tous furent littéralement écrasés par la monstrueuse puissance de leur adversaire. Seul Seta parvint à le blesser, avec sa technique ultime, le « World End », malheureusement, le créateur réussit à se protéger in extremis, autrement il aurait perdu la vie. Petit à petit, la bataille tournait aux désavantages des alliés, car leur armée était grandement inférieure en nombre, mais une nouvelle survint en la personne de Ioshi Jyrion, apportant avec elle l’armée de sa galaxie, essentiellement des magiciens. Bien que la bataille s’équilibra, la victoire ne pouvait être envisagée, car le créateur semblait invincible. Ioshi Jyrion eut beau le combattre, mais ses sorts, aussi puissants soient-ils, ne purent en venir à bout. Mais les guerriers continuaient de se battre, jusqu’à ce que le créateur ne les blesse terriblement par une attaque dévastatrice. Ils étaient à présent tous à sa merci, mais Benji Shinamori décida qu’il était grand temps de jouer un rôle dans cette terrible guerre. Apparaissant de nul part, il utilisa un puissant sort de protection pour sauver tous ses amis d’une mort certaine. Il était temps pour lui d’affronter le plus puissant des créateurs, le premier. Même s’il possédait une puissance et des techniques dévastatrices, il ne pouvait vaincre le créateur. Cependant, il continuait de lutter, car il savait que s’il venait à perdre, ses amis et lui seraient perdus, de même pour la guerre. Malgré des blessures terribles, il ne cessait de combattre, puisant dans toute son énergie pour trouver la force de continuer. La bataille changea de camp quant l’armée de la Guilde des maîtres arriva en force, menés par Bugen Hagen et Shorin. Ils avaient enfin décidé d’intervenir dans ce conflit, étant maintenant au courant de ce que les créateurs faisaient et prévoyaient sur le destin des habitants de l’univers. Tandis que Shorin mena les légions au combat, Bugen Hagen partit combattre le créateur. Il allait user de la force, chose qu’il n’avait que très rarement fait. L’affrontement fut sans précédant, tant au niveau de puissance, d’intensité, que de violence. Lors du duel ultime, la grande vérité et les origines de Bugen Hagen éclatèrent au grand jour. Il n’était autre que le frère du premier créateur, lui-même un créateur, créé par Zeus. Il fut le seul créateur à rester sous la coupe de Zeus, devenu son meilleur ami, refusant de s’impliquer dans la création de prophétie ou autre. Il fut alors banni de l’ordre des créateurs pour cela, par son propre frère, qui avait toujours été envieux de lui, de sa force, de sa sagesse et sa puissance. Lors du duel, les deux combattants montrèrent des capacités presque égales. Le sort de l’affrontement se décida quant le premier créateur perdu son calme, ne trouvant de faille dans la défense de Bugen Hagen. Ce dernier en profitera pour lui porter un coup fatal. Cependant, au seuil de la mort, les deux frères se réconcilieront enfin, le premier créateur se rendant enfin compte de ses actes. Il demandera pardon à Bugen Hagen avant de disparaître. La guerre était maintenant terminée.

Maintenant que les créateurs avaient été vaincus, l’univers entra dans une nouvelle ère, celle où les êtres vivants pouvaient décider de leur propre sort, celle où ils auront le choix de choisir leur propre destin. Un long moment de calme prit ensuite place, un des derniers de l’histoire de l’univers. Grâce à ses actes durant la guerre contre les créateurs, Bugen Hagen décida de réintégrer Needa au sein de la Guilde des maîtres. Cette époque de grand calme fut marqué par les nombreux voyages à travers l’univers. Les habitants profitèrent de la situation pour explorer de nouvelles contrées. La quiétude et le bonheur qui régnaient jadis dans l’univers refirent surface pour la dernière fois.

Une chose impensable arriva, Needa et Benji partirent ensemble, au cœur du même vaisseau, à la découverte de l’univers, prenant un repos bien mérité. Eux qui se détestaient cordialement, se battant et s’insultant sans arrêt, ils firent équipe pour ce long voyage. Personne ne put l’expliquer, car leur animosité l’un envers l’autre était toujours d’actualité. Par contre, l’amitié entre Seta et Needa connut un moment difficile, lorsque le Rebel quitta sa femme pour une autre. Needa, se mêlant d’une histoire qui ne le regardait pas, en voudra à son ami. Il ne comprit pas la décision de Seta, lui qui avait toujours tout fait pour sa femme, celle qui était la mère de sa fille. Les deux se brouilleront, leur amitié en prenant un sacré coup…la faute à Needa.

A cette même époque, Ryo Minamoto refera surface après son ultime renaissance, et reprendra activement sa carrière au sein de la Guilde des maîtres, mais également les reines de son royaume, le Paradis. D’ailleurs, en cette période, il sera très présent pour les siens, redevenant celui qu’il était jadis, au temps de la grande splendeur d’Alcania. Il s’unira à Taro, le roi de Nasgaroth, afin que les deux armées n’en deviennent qu’une…une grande et seule armée, à la puissance extrême. Cette alliance, beaucoup de monde en avait rêvé, mais jamais personne n’aurait imaginé qu’un jour cela se réaliserait. Grâce à Ryo et à Taro, ce rêve devint réalité. Maintenant, ce fut comme si Nasgaroth et le Paradis ne formaient qu’un seul royaume, car les deux populations se mélangèrent, ainsi que leur culture, etc.

Au début de cette ère, beaucoup de nouveautés virent le jour. Les grandes nations alliées, ainsi que les nouvelles, fusionnèrent entièrement avec la Guilde des maîtres, pour faire naître une seule et belle armée, la plus puissante de l’univers. Il y eut en ces temps énormément de missions, souvent de reconnaissance, afin d’explorer de nouvelles contrées, pour étendre le territoire des forces du bien. L’univers fut en pleine prospérité, s’agrandissant au fur et à mesure de nouvelles découvertes. Les populations et les peuples se mélangèrent, rendant la vie plus belle et plus merveilleuse encore. Avec sa nouvelle force, la Guilde des maîtres assurait une protection parfaite, et le résultat se vit aussitôt, car aucun conflit ou aucun danger ne venait perturber la vie de la population de l’univers…mais ils furent tous dupés, aveuglé par tant de bonheur, car un ennemi auquel il n’avait pas pensé avait préparé en secret un plan terrible, l’ayant étudié depuis des millénaires. Il avait profité des divers grands événements de l’univers pour rester caché, discret, afin que personne ne le soupçonne. Aujourd’hui, il avait mis au point le plan le plus parfait qui soit…et bientôt, il allait déclarer la guerre à l’univers entier, afin d’y régner en maître. La plus grande guerre de toute l’histoire arriva, l’ère du Dieu de la guerre était venue.


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:35 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

L'Ares war, 1ère partie

LE PRELUDE


Après la terrible guerre contre les créateurs, de longs jours de repos suivirent. La Guilde des maîtres nouvelle, celle ayant fusionnée avec les grandes nations alliées, pour devenir la seule et grande armée du bien, s’étendait maintenant jusque dans les mystérieuses galaxies du Sud. Jamais l’univers ne fut autant en sécurité qu’à cette époque. Ainsi, tous les habitants en profitèrent pour voyager, afin d’explorer d’autres planètes que la leur. Il n’y avait plus aucun danger, le mal ayant été complètement éradiqué dans le royaume des vivants. Cette époque marqua l’âge d’or des explorations.

C’est pourquoi les guerriers de la Guilde des maîtres n’eurent que des missions d’explorations. C’est grâce à elles que l’organisation du bien put s’étendre jusque dans les mystérieuses galaxies du Sud. D’ailleurs, avec ces explorations, la Guilde des maîtres découvrit beaucoup de mystères les concernant, notamment celui de « l’autoroute universelle », une dimension située hors du temps et de l’espace, un monde à part, permettant les voyages à travers l’univers entier, dans n’importe lequel de ses endroits.

A cette époque, beaucoup de guerriers abandonnèrent le combat pour se consacrer au repos et aux joies de la vie. Ce fut le cas de Sangoku Kakaroto, marié à une certaine Lilia, à cause de sa naïveté. Bien que l’amour n’était pas au rendez-vous dans ce couple, il se fraya un chemin un peu plus tard. Sangoku et Lilia tombèrent amoureux l’un de l’autre, la soi-disant haine qu’ils éprouvaient l’un envers l’autre se transforma petit à petit en amour. De cette union naquît un enfant, mi-elfe, mi-sayien. Ses parents lui donnèrent le nom de Jin Kakaroto. Sangoku oublia, durant cette période, sa carrière de combattant pour se consacrer exclusivement à son fils, auquel il fut empli d’un amour infini. Jamais dans sa vie il n’aurait pensé ressentir quelque chose d’aussi fort. Pour élever leur fils, la famille décida de déménager dans un endroit paisible. Ils quittèrent la Terre pour la planète Reims, située dans la galaxie d’Achille, un des endroits les plus paisibles et calmes. Un lieu idyllique, où la technologie moderne n’existe pas, et seule la nature fait figure de paysage. Malgré le refus catégorique de Lilia pour faire de Jin un combattant, Sangoku usa d’un plan réfléchi pour tromper sa vigilance. Chaque fois qu’ils partaient tous les deux, il mentait à sa femme en prétendant aller à la pêche, ou simplement en promenade, afin d’être avec son fils. La vérité était bien différente, car Sangoku entraîna Jin au combat dès sa plus tendre enfance. Il lui enseigna tout ce qu’il avait appris durant son apprentissage auprès des Grands maîtres, dont le légendaire Carot. Cela fut son quotidien pendant les années de paix qui suivirent la terrible guerre contre les créateurs.

Sangoku ne fut pas le seul à délaisser le combat pour s’occuper de sa famille, car Seta suivit son exemple. Il quitta à son tour la Terre pour sa galaxie, celle des Rebels. Il se rendit dans la capitale de son royaume, Saya, celle fondée des mains du légendaire Baddack, accompagné de sa nouvelle femme, Maï Kuraki. Les créateurs ayant été vaincus, il n’y avait plus de danger pour la fille de Seta, Mitsuko. Bugen Hagen décida qu’il était temps pour elle de vivre avec son père. Mitsuko rejoignit donc Seta sur Saya. Elle fut élevée avec beaucoup d’amour, son père, bien qu’étant très fier, oubliait cette fierté avec sa fille. Cependant, même si Mitsuko n’eut jamais à se plaindre de son enfance, étant une enfant gâtée, Seta ne commit par l’erreur de ne pas lui enseigner l’art du combat. D’ailleurs, à ce niveau, elle se révéla très vite excellente guerrière. Après quelques années passées sur Saya, Seta décida d’emmener sa famille vivre dans un endroit plus calme. Il rejoignit Sangoku et sa famille sur la planète Reims, devenant son voisin. Les deux grands guerriers profiteront de cette situation pour donner le meilleur entraînement au combat qui soit pour leur enfant. Cependant, même si le bonheur était au rendez-vous, leur femme voyait très bien un manque chez eux, une sorte d’ennui. Ils avaient passé leur vie à combattre, ne vivant que pour combattre le mal, maintenant qu’il avait été annihilé, ils se sentaient déboussolés, perdus face à cette situation. Beaucoup d’autres guerriers connurent les mêmes sentiments.

Même si la guerre n’était plus, que le mal avait été annihilé, Taro et Ryo, rois d’un seul royaume, celui de Nasgaroth et du Paradis fusionnés, continuèrent de travailler pour le bien de leur peuple. Si la Guilde des maîtres a pu s’étendre par delà les mystérieuses galaxies du Sud, c’est grâce aux deux guerriers. Jamais dans l’histoire cette pensée n’a pu être exécutée, les galaxies étant trop immenses et leurs planètes trop éloignées, ce qui aurait demandé des armées entières pour contrôler ne serait-ce qu’une contrée. Malgré la difficulté de la tâche, à la limite du possible, Taro et Ryo réussirent pourtant ce miracle. Dans les galaxies du Sud, il y avait un lieu mystique, situé hors du temps et de l’espace, dans une dimension accessible par tous…celle d’un trou noir. Cet endroit était appelé « l’autoroute universelle », car de là, les gens pouvaient se rendre à n’importe quelle destination de l’univers, par le biais d’une gigantesque autoroute, à la longueur pratiquement infinie. Mais dans cette destination se trouvait également, non pas un monde, mais un nombre incalculable de mondes, avec ses habitants et ses dangers, correspondant chacun à une région de l’univers. Taro et Ryo se lancèrent dans l’étude de cette « autoroute universelle », car ils avaient compris l’importance que représentait ce lieu. Après des années d’études et de recherches, au cours duquel les deux rois mirent leur plan en pratique, Taro et Ryo avaient réussi l’impossible. Grâce à l’armée gigantesque de leur royaume, ils étaient parvenus à contrôler totalement l’ « autoroute universelle », de sorte qu’ils contrôlaient maintenant tous les aller et venus en ce lieu. Ils avaient percé un des plus grands mystères de l’univers. Grâce à cela, Bugen Hagen put ainsi déployer les légions de la Guilde dans les galaxies du Sud.

Dans le royaume des vivants, la Guilde, qui pensait contrôler la plus grande partie de l’univers, découvrit, grâce aux nombreuses explorations et voyages, de nouvelles galaxies, inexplorées depuis la nuit des temps et dont personne ne pouvait savoir, ni même Bugen Hagen, ce qu’elles contenaient. Needa et Benji furent les premiers à s’aventurer dans ce qui fut baptisé : Les mondes inconnus. Depuis la fin de la dernière guerre, celle contre les créateurs, les deux grands rivaux ne s’étaient plus quittés, voyageant ensemble, dans un vaisseau commun, à travers l’univers. Ils avaient exploré d’innombrables contrées, toutes plus merveilleuses les unes que les autres. C’est durant l’un de leur voyage, celui dans la galaxie Krialdo, surnommée aussi « les mondes verts », car la forêt recouvre toutes les planètes présentes., que Benji et Needa retrouvèrent un vieil ami…Siruis Dark. Depuis la mort du Grand maître Biggoron, le jeune guerrier avait lui aussi disparu de la surface de l’univers, introuvable. La vérité était que Siruis voulait oublier les atrocités de la guerre, las de perdre des êtres chères. La mort de son maître l’ayant profondément marqué. Il retrouvera le plaisir de l’aventure grâce à Needa et Benji, et se joindra finalement à leur groupe. Ensemble, ils voyageront encore longtemps, jusqu’à la découverte des « mondes inconnus ». Siruis quittera le groupe pour retourner auprès de la Guilde des maîtres. Il était temps pour lui de redevenir ce qu’il avait toujours été.

Le voyage que firent Needa et Benji à travers les « mondes inconnus » allait faire tomber le voile sur un nouvel ennemi, le plus puissant et le plus terrible depuis la création…le Dieu de la guerre, Arès. Durant toutes ces années, il avait dupé tout le monde, y compris Zeus. En effet, au cours des différentes ères de l’univers, il s’était nourri de la puissance noire des différentes légions du mal qui combattirent la Guilde des maîtres, depuis la première guerre contre le mal, jusqu’à la fin de Shyria, afin d’accroître sa puissance, qui au fil des années, devint démentielles. En secret, il acquit un tel pouvoir qu’il était à même d’agir sur la création. Bien entendu, il ne possédait pas les pouvoirs de Zeus, loin de là, mais il était parvenu à pouvoir créer des mondes. Les « mondes inconnus » n’étaient en fait que la création d’Arès, construits en secret, à l’abri du regard de la Guilde des maîtres ou de Zeus. Même si ces nouvelles galaxies abritaient de la vie et de nouvelles civilisations, elles servaient de passage entre le royaume des vivants et le royaume d’Arès. Le Dieu de la guerre pouvait ainsi déployer ses légions dans le royaume des vivants sans être repéré par les gardiens des frontières. Arès avait préparé ce plan depuis sa naissance, car ce qu’il désirait le plus était de régner sur l’univers entier, asservissant tous les peuples, et même les dieux, en esclavage. Depuis toujours, il convoitait la place de Zeus, et aujourd’hui, il allait mettre son plan à exécution.

Tout commença par la destruction totale d’une galaxie, au centre de l’univers. Cet événement mit toute la Guilde des maîtres dans l’incompréhension. Bugen Hagen envoya des troupes sur les lieux, mais aucun indice ne laissait penser que cet acte était l’œuvre d’Arès. Quatre autres galaxies connurent le même sort, une au Nord, une au Sud, à l’Ouest et à l’Est. A cet instant, Bugen Hagen comprit qu’une réelle menace planait sur l’univers, car ces mondes détruits, chacun dans un secteur précis, correspondaient à des galaxies de communication pour la Guilde des maîtres, afin de faciliter les échanges d’informations avec les différents alliés de l’organisation. Le grand maître comprit que l’ennemi voulait séparer le plus possible la Guilde et ses alliés, pour les isoler et mieux les détruire. D’autres terribles événements suivirent avec la destruction des cinq plus grands camps de disciples de l’univers, un pour le centre, pour le Nord, le Sud, l’Ouest et l’Est. Chacun avait pour rôle d’assurer la protection du secteur en question. Petit à petit, les événements de ce type furent légion, jusqu’à ce que la Guilde des maîtres et ses alliés soient complètement isolés. Bugen Hagen ne savait comment agir face à un ennemi invisible, et ne put rien faire pour éviter cela. Lorsqu’ils furent totalement coupés du reste de l’univers, Bugen Hagen décida de rassembler les troupes présentes pour préparer une défense. Il savait que l’ennemi attaquerait bientôt. Heureusement, il pouvait compter sur des guerriers de grandes valeurs, comme Shorin et Siruis Dark.

Le voile de l’ennemi tomba grâce à Benji. Il fut le premier à découvrir la vérité, ceci durant le voyage à travers les « mondes inconnus », lorsqu’il tomba nez à nez avec des guerriers d’Arès. Needa et lui réussirent à les vaincre, mais ceci n’était que le prélude. Benji reconnut immédiatement les soldats de son père, et sentit que quelque chose de terrible se préparait. Il emmena Needa sur d’innombrables planètes, suivant des indices qu’il découvrit…jusqu’à la vérité. Au fin fond des « mondes inconnus », sur la planète Isila, une vision horrible se dressa devant eux : Des millions de portails temporels, chacun emmenant à un monde, dans lesquels toutes les légions d’Arès passaient pour se rendre dans les mondes habités. Benji et Needa assistèrent avec effroi à cette scène, cachés et impuissants…

La guerre avait commencé.


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:35 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

L'Arès war : 2ème partie

LA GUERRE A COMMENCE


La guerre du dieu Arès débuta dans un fracas d’apocalypse avec la destruction totale du cinquième royaume de l’univers, Gaïa. Tous les habitants périrent, principalement des elfes. La nouvelle arriva rapidement aux oreilles du légendaire roi des elfes, Grevis, le dernier des hauts elfes avec Nevius, tous deux héros de la première guerre contre le mal. Apprenant la perte des siens, le roi fut le premier à mobiliser ses troupes pour combattre l’ennemi. Il fut le premier grand héros à tomber. Les troupes d’Arès massacrèrent tout le peuple elfe, dans les mondes elfiques que gouvernaient Grevis. Le dieu de la guerre n’était pas présent dans ces affrontements, il laissait le soin à ses précieux bersekers, ses guerriers les plus puissants après les cardinaux, menés ses soldats au combat. Ce fut ainsi que l’empire elfique disparut dans ce torrent de haine et de rage. Alors qu’autrefois Grevis avait réussi à sauver son peuple, lors de la première guerre contre le mal, cette fois-ci il en fut incapable, périssant de la main d’un berseker.

Après l’annihilation des elfes, les bersekers s’attaquèrent à leurs « cousins éloignés », les Eldars. Depuis leur intégration à la Guilde des maîtres, ce peuple avait regagné la puissance d’autrefois, au temps de sa gloire, quant son empire s’étendant jusqu’aux frontières divines. Dans les affrontements qui suivirent, les bersekers montrèrent une haine et une rage sans limite, dévastant tout sur leur passage. Le peuple eldar ne survécu pas. Lui qui, malgré toutes les épreuves qu’il avait enduré, avait toujours réussi à s’en sortir. Les bersekers sonnèrent leur glas.

Une à une, les mondes tombèrent sous le joug d’Arès, ses légions terrassant tous leurs opposants. Les peuples furent décimés ou mis en esclavage. Petit à petit, le dieu de la guerre se rapprochait de son plan, celui de détruire à jamais le bien, représenté par la Guilde des maîtres. Bientôt, les quartiers principaux de l’organisation commencèrent à être encerclés. Une terrible bataille était sur le point de débuter.

Au quartier général de la Guilde, situé hors des royaumes de l’univers, entre l’espace et le temps, caché derrière les nombreuses dimensions de la vie et la mort, Bugen Hagen ne savait que faire. A présent, tout le monde était au courant concernant l’identité de l’ennemi, mais il était trop tard pour empêcher l’avancée du dieu de la guerre dans le royaume des vivants. Même si les principaux mondes de communication, servant à interagir aux quatre coins de l’univers, étaient détruits, grâce à la télépathie, Bugen Hagen pouvait communiquer encore avec certains alliés, ceux possédant également ce don. Il assista donc impuissant à la perte d’êtres chères pour lui. Il savait Arès près de ses frontières, il savait qu’il fallait se battre, il savait que l’espoir était nul.

Dans la galaxie bleue, la reine Ioshi Jyrion, légende de l’univers, fut attaquée par les légions d’Arès. Elle fut impuissante dans le massacre de son peuple et de ses mondes. Elle en fut bouleversée à jamais. Cependant, lors d’un affrontement contre un berseker, une colère dévastatrice s’empara d’elle, laissant une énergie démesurée s’échapper de son corps. Ioshi Jyrion vaincu le premier berseker de la guerre. Malheureusement, son acte héroïque ne contribua pas à la sauvegarde de son peuple. Les ennemis devenant trop nombreux, elle faillit périr, mais un allié inattendu la sauva…Azaghal, le plus grand manieur de sabre de tous les temps. Lui qui avait disparu depuis un long moment, il réapparu pour sauver son amie. Azaghal fut le deuxième être à vaincre un berseker. Il parvint ensuite à s’enfuire avec Ioshi Jyrion, laissant derrière eux des mondes mis à feu et à sang.

Le peuple des ninjas succomba également aux attaques des légions d’Arès. Très peu survécurent. Bien que peu connu dans l’histoire de l’univers, le guerrier Itachi, fidèle allié de la Guilde des maîtres et ami de Sangoku, se révéla au grand jour. Bien qu’il soit intervenu durant la terrible guerre contre les créateurs, celle contre Arès fit de lui un héros de légende. Malgré le nombre incalculable d’ennemis déferlant sur les mondes ninjas, Itachi, en première ligne, mena son peuple au combat, même si ce fut vain. Devenu général des armées, il opposa une résistance féroce aux bersekers. Les généraux d’Arès n’eurent d’autres choix que de détruire toutes les planètes de cette galaxie. Une à une, elles explosèrent littéralement, disparaissant de l’espace. Mais sur chaque planète, Itachi était présent, ne cessant en aucun cas le combat. Ces batailles virent la première intervention d’un cardinal d’Arès, les plus puissants guerriers du dieu de la guerre…Anteros, celui qui n’est autre que le frère maléfique de Benji Shinamori !Le cardinal écrasa l’armée des ninjas, et vint à affronter Itachi. Celui-ci n’eut aucune chance et fut terriblement blessé. Anteros le laissa dans cet état, sans le tuer, pour qu’Itachi assiste à la fin de son peuple. Lorsque tout fut terminé, le cardinal disparut avec les légions d’Arès, quittant cette galaxie complètement détruite. Itachi faillit succomber à ses blessures, mais sa haine envers l’ennemi était plus puissante et réussi à le sauver. Les rares survivants du massacre le retrouvèrent et le soignèrent.

Bugen Hagen comprit que tout était fini lorsque Alcania et Nasgaroth tombèrent sous le feu de l’ennemi. Arès savait pertinemment que l’Enfer et le Paradis constituaient une grande menace pour son plan. Il attaqua les deux royaumes à un moment précis. Il savait que sans leur roi, l’armée fusionnée de l’Enfer et du Paradis perdait énormément en efficacité et puissance. Il attendit que Taro et Ryo quittent leur royaume pour « l’autoroute universelle », pour porter son attaque. Il savait cette mission périlleuse, et c’est pour cela que le dieu de la guerre chargea deux cardinaux pour l’invasion, les redoutables jumeaux, Deimos et Phobos. Depuis la nuit des temps, personne n’avait réussi à franchir les murs de Nasgaroth…jusqu’à aujourd’hui. Deimos et Phobos furent les premiers de l’histoire à entrer dans la cité interdite. Ils mirent la capitale à feu et à sang, leurs troupes semant la terreur à l’intérieur du royaume. Il n’y aucun survivant. Nasgaroth, la légendaire cité infranchissable, fut détruite. La guerre n’était pas terminée, car il fallait maintenant anéantir Alcania. Pour ce faire, les cardinaux empruntèrent les voix divines qui reliaient les deux capitales après leur fusion. Attaquée de l’intérieur, la capitale du Paradis n’eut aucune chance de s’en sortir. Elle connut le même sort tragique que Nasgaroth. Cependant, il y eut des survivants, sauvés par les anges. Arès et ses cardinaux avaient omis ce détail, car à côté d’Alcania se trouvait le royaume des anges. Depuis l’avènement au trône de Ryo, ils étaient devenus les alliés de la capitale. Voyant la cité attaquée, les anges n’hésitèrent pas une seconde à secourir leurs amis. Même s’ils ne purent empêcher la destruction d’Alcania, ils permirent le sauvetage de plusieurs milliers de personnes. Les anges abandonnèrent ensuite le Paradis, le sachant perdu, et grâce à eux, le véritable gros de l’armée fut mis au courant. Ils se rendirent sur « l’autoroute universelle » avec les survivants, pour prévenir les rois. Les cardinaux laissèrent leur place aux bersekers, qui suivirent la piste des anges, jusqu’au lieu où se trouvait Ryo et Taro. Malheureusement pour eux, les deux rois, mis au courant, eurent le temps de préparer une défense solide, digne de la grande Nasgaroth. La bataille fut terrible, et contre toute attente, les bersekers ne parvinrent à percer les défenses ennemies.

Grâce à ses pouvoirs, Bugen Hagen put sentir cette guerre, mais pour lui, c’était une question de temps avant que les légions d’Arès ne percent la défense de leurs ennemis. Le grand maître, accablé de douleurs et de tristesse suite à la destruction des deux plus grandes capitales de l’histoire, Alcania et Nasgaroth, vit son malheur s’accentuer avec l’annihilation des quartiers principaux de la Guilde. Ses armées, non préparées, ne purent rien faire. Arès avait mis au point un plan parfait. Il y eut plus de dégâts matériels que physique, les survivants étant légions, mais ceci était voulu. Arès utilisa les rescapés pour enfin trouver la route menant au quartier général de la Guilde des maîtres, le cœur des forces du bien. Il suivit à distance la fuite des survivants. A présent, la fin était proche, l’ennemi en route pour le quartier général. Bugen Hagen le savait.

C’est dans ces instants de malheurs, si noirs et incertains, qu’une lueur d’espoir apparut au cœur des ténèbres. La déesse de la vie, Valliane, celle qui fut l’unique amour de Bugen Hagen, au temps de sa jeunesse, retrouva celui qu’elle avait aimé plus que tout. Malheureusement, les deux êtres avaient chacun une mission, de par leur statut, et leur amour fut impossible. Cependant, jamais ils ne s’étaient oubliés, gardant le souvenir de ces moments de grand bonheur. Depuis la nuit des temps, les Dieux ancestraux, ceux qui sont nommés « les premiers », ne pouvaient intervenir dans le cour de la vie, mais Valliane, durant cette guerre, rompit le serment sacré en sacrifiant sa divinité pour devenir humaine. Voyant les ténèbres envahirent l’univers, elle ne pouvait rester là à rien faire. Dans sa quête, son opposé, mais également son frère, Opos, le Dieu de la mort, se joignit à elle, abandonnant à son tour sa divinité. Empruntant les routes divines, entre l’espace et le temps, ils se rendirent au quartier général de la Guilde des maîtres. Les retrouvailles entre Bugen Hagen et Valliane furent émouvantes, mais le temps leur était compté, il ne pouvait penser à leur amour. Les dieux déchus apportèrent avec eux leur armée respective pour défendre le cœur des forces du bien, mais également une information capitale, représentant le dernier espoir contre Arès : L’armée blanche. Existant depuis la création, cette armée n’était autre que l’opposée de l’armée du mal, celle créée par Shyria. Elle fut créée par les Anciens pour apporter le bien. Elle est endormie depuis la nuit des temps, attendant son réveil…par le Dieu du bien. Bugen Hagen comprit immédiatement que cet être ne pouvait être que l’Elu Blanc, Ryo Minamoto. Demeurait en lui le dernier espoir du bien. Il était le seul à pouvoir réveiller cette armée, endormie dans une dimension sacrée, bénie des Anciens, interdite d’accès grâce à un sort ancestral, à tous. Seul le Dieu du bien pourrait y pénétrer.
Bugen Hagen décida de partir prévenir Ryo, sur « l’autoroute universelle », avec Valliane, lui permettant ainsi l’accès aux routes divines, afin de n’être vu par l’ennemi. Il laissa le quartier général de la Guilde des maîtres entre les mains de Shorin. Il allait s’occuper de la défense du cœur des forces du bien. Il savait qu’il n’y avait aucun espoir de victoire, mais il fallait résister jusqu’à l’arrivée de l’armée blanche, car s’il tombait, le bien était perdu. L’armée à disposition était immense, renforcée par les soldats de Valliane et de l’ancien Dieu de la mort. Il partagea les commandes avec trois autres personnes : Opos, Sagachi et Siruis Dark. Chacun d’eux allait s’occuper de la protection d’une partie distincte du quartier général, le Nord, le Sud, l’Ouest et l’Est. Quand toutes les préparations furent terminées, il ne restait plus qu’à attendre l’ennemi, qui déjà se faisait entendre au loin. La bataille était proche.

Bugen Hagen et Valliane arrivèrent au beau milieu du champs de bataille sur « l’autoroute universelle ». Se frayant un chemin à travers les combats, ils se rendirent derrières les lignes alliées. Ryo et Taro furent mis au courant de la destinée de l’Elu Blanc. Ils en furent abasourdis. Au début, Ryo ne voulait rien entendre, ne voulant pas abandonner son peuple, mais surtout ses amis, dans cette guerre. Le grand maître ne parvint à lui faire changer d’avis. Ce fut Taro, comprenant l’ampleur de la mission de Ryo, qui réussit à faire comprendre à son ami qu’il était le seul espoir de victoire, qu’il était le dernier espoir des forces du bien. Bugen Hagen et Valliane emmenèrent Ryo sur les routes divines, laissant Taro s’occuper de la résistance sur « l’autoroute universelle ». Ce fut alors à cet instant, lorsque l’Elu Blanc pénétra dans les routes divines, que le chemin de la dimension sacrée fut connu. La légende disait que lorsque le Dieu du bien prendrait les routes divines, la porte de la dimension s’ouvrirait, car sa destination était inconnue à tous. Ce fut donc vrai. Bugen Hagen et Valliane abandonnèrent Ryo aux portes de la dimension.

Dans tout l’univers, les peuples et les planètes du bien mourraient petit à petit, annihilés par la puissance des légions d’Arès. A présent, tous les regards et les pensées étaient tournées vers Ryo Minamoto, sur le chemin de son destin…


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:35 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

L'Arès war : 3ème partie

LE DIEU DU BIEN


Lorsque Ryo entra dans la dimension sacrée, il eut comme vision devant lui, un paysage idyllique. Une forêt, toute recouverte de neige, s’étendant jusqu’à l’horizon. Complètement perdu, il n’avait d’autre choix que de prendre la seule route qui se présentait à lui, un petit chemin, s’enfonçant à travers les arbres immenses et magnifiques. Lorsqu’il s’apprêta à utiliser ses pouvoirs pour aller plus vite, il fut stupéfait de voir qu’ils avaient disparu. Il comprit rapidement que le sort utilisé autrefois par les Anciens, annihilait tout pouvoir ici. Il commença alors une longue marche à travers la forêt.

Pendant de très longues heures, il n’eut comme paysage que les nombreux arbres l’entourant. Il ne voyait, ni ne sentait la fin du chemin. Il y a avait une chose dont il ignorait, mais une heure passée dans cette dimension équivalait à un jour dans le royaume des vivants. Dans la forêt, seul le bruit des pas de Ryo dans la neige se faisait entendre, car aucun son n’émanait des environs. Cela ne le rassurait pas, car il se sentait comme observé. Apparemment, aucun animal ou autre être vivant n’habitait ici. Il était bel et bien seul.

Soudain, un bruit violent se fit entendre derrière lui. Lorsqu’il se retourna, il vit des flammes blanches anéantir les arbres un par un à une vitesse hallucinante. Il ne lui fallut que quelques secondes pour comprendre qu’il fallait fuir. Sans ses pouvoirs, il était perdu, même s’il courait très vite, car les flammes le rattraperaient bientôt. Lorsqu’elles furent sur lui, une immense explosion de lumière eut lieu, emportant Ryo dans son souffle.

Quelques temps plus tard, Ryo ouvrit les yeux. Sa première réaction fut de regarder son corps, et la surprise fut totale lorsqu’il réalisa qu’il n’avait aucune blessure. Il regarda autour de lui et constata que le paysage avait changé. La forêt avait laissé place à un petit village, à première vue accueillant et chaleureux. Il remarqua alors, des habitants, de dos, tous portant une longue robe blanche avec un capuchon leur couvrant la tête. Ryo se releva et couru vers les villageois. Bizarrement, quant il se mit à parler, personne ne semblait remarquer sa présence, ni même l’entendre. Il retourna alors un habitant par la force, lui faisant tomber sa capuche, pour tomber nez à nez avec une personne ayant le visage sans vie. Les yeux, le nez, la bouche, les oreilles ; ils étaient tous cousus. Bientôt, tous les habitants se tournèrent vers lui, baissant tous leur capuchon. Ils étaient tous pareils.

Pris de panique, il voulut s’enfuire, malheureusement, un champs protecteur, entourant le village, l’en empêcha. Les habitants marchèrent ensuite vers lui. N’ayant aucune autre alternative, Ryo décida de se battre. Il porta le premier coup, mais lorsque son poing atteignit son adversaire, il le traversa. Ne comprenant rien la situation, il tenta plusieurs fois de frapper son adversaire, mais rien n’y fait, les coups furent inefficaces. Soudain, l’habitant entra en lui, disparaissant dans son corps. Une immense douleur s’empara alors de Ryo, qui tomba à genoux. Les autres villageois ne tardèrent pas à faire de même. Les cris de douleurs furent terribles, Ryo agonisant à terre. Tout à coup, un tremblement de terre eut lieu, puis un nouveau flash de lumière blanche.

Ryo revint à lui un peu plus tard, il semblait aller bien. Il scruta les alentours et vit qu’il se trouvait au sommet d’une montagne, donnant une vue magnifique sur la mystérieuse forêt du début. Jamais dans sa vie il n’en vit d’aussi grandes. Depuis le début, il n’avait rien comprit de ce qui se passait dans cette dimension. Il regarda droit devant lui, puis d’un coup, une douleur atroce s’empara de son ventre, cela pendant quelques secondes. Quand tout s’arrêta, il se redressa, encore plus médusé qu’avant. L’espace d’une fraction de seconde, son regard fut maculé de blanc. Il sentit alors une aura l’envahir, puis vit de la lumière blanche qui l’entourait petit à petit. A cet instant, un esprit apparut devant lui, l’âme d’un Ancien.

Ne sachant quoi faire, Ryo resta sans rien dire. L’esprit l’observa quelques instants, puis aussi incroyable que cela puisse paraître, il se mit à parler comme un être vivant. Ryo fut abasourdi. De plus, il sentait en lui une puissance nouvelle, grandir chaque seconde. L’esprit lui fit voir clair à cette situation. Il lui expliqua que ses anciens pouvoirs avaient été détruits à jamais lors de sa venue dans cette dimension, pour donner naissance à ses véritables pouvoirs, ceux protégés par les villageois nommés « les sans noms », afin de devenir le Dieu du bien. L’esprit disparut alors, laissant Ryo seul, avec des questions qui resteront sans réponse.
Soudain, un nouveau tremblement de terre eut lieu, mais pas vers lui. Il vit que toute la gigantesque forêt tremblait violemment ; il vit de nombreuses lumières blanches envahir les arbres ; il vit pour terminer une immense explosion de lumière. Quand tout se calme, la forêt était toujours présente, mais tout à coup, le sol se mit à nouveau à trembler. Cette fois-ci, ce ne fut pas un tremblement de terre, mais bel et bien les arbres qui bougeaient. Ceux-ci, devant les yeux de Ryo, rétrécissèrent, changeant de forme. Ils semblaient en pleine transformation. C’est alors qu’ils prirent une forme humaine. La forêt avait laissé place à une armée gigantesque, s’étendant à perte de vue. D’un seul coup, ils se mirent tous à genoux, comme pour saluer un roi…un dieu. Ryo comprit qu’il était devenu le Dieu du bien.


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:36 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

L'Arès war : 4ème partie

LES FORCES DU BIEN SE RELEVENT


Au royaume des vivants, les grandes nations de l’univers étaient toutes tombées, aucune n’avait résisté à la puissance des bersekers, leur peuple mis en esclavage ou subissant les pires atrocités. Bien entendu, il y en avait encore beaucoup à résister, mais c’était peine perdue. A présent, les principales troupes des bersekers étaient réunies au quartier général de la Guilde des maîtres, où une bataille titanesque faisait rage. Bugen Hagen et Valliane n’avaient pu rentrer, errant quelque part dans l’espace, car Arès, comprenant le danger que représentait les routes divines, les avait fait surveiller par ses troupes, isolant complètement le cœur des forces du bien.

Siruis Dark et Shorin tenaient bon, malgré le nombre impressionnant de l’ennemi. Ils se battaient courageusement et héroïquement. Malheureusement, la résistance du Nord tomba, celle gardée par Opos. Encerclé par plusieurs bersekers, il combattu jusqu’à son dernier souffle. L’ancien Dieu de la mort périt. A présent, l’ennemi pouvait s’infilter à l’intérieur du quartier général de la Guilde des maîtres. Tout était perdu…si la grande armée de l’Ouest n’était pas arrivée, composée seulement par des mercenaires, d’anciens grands guerriers ayant combattu dans de nombreuses guerres. Ce fut Azaghal la menait, accompagné de Ioshi Jyrion, ce dernier ayant autrefois été un membre de cette armée. Après avoir sauvé son amie lors de la destruction de son peuple, il était parti à la recherche de ses anciens compagnons, retrouvés à temps. La grande armée de l’Ouest apporta une aide immense, permettant au quartier général de la Guilde de tenir encore debout.

Cependant, c’était une question de temps avant que l’ennemi ne triomphe, car bientôt, de nouvelles légions arrivèrent, apportant avec elles une puissance destructrice. Siruis Dark se démenait sur tous les fronts. Depuis sa disparition, il avait énormément gagné en puissance, puissance qu’il déployait à son maximum dans la bataille. Au cœur du champs de bataille, il s’affronta deux bersekers en même temps, et parvint à en tuer un. Le deuxième faillit le vaincre, mais c’était sans compter sur l’intervention providentielle de Sagachi, qui porta un coup fatal à l’ennemi. Mais ce fut alors, à ce moment précis, qu’une lame lui transperça le cœur. Siruis Dark, blessé, ne put qu’être spectateur de la scène. L’ennemi se trouvait n’être autre que le cardinal Anteros. C’est alors que dans la bataille, les deux autres cardinaux, Deimos et Phobos, arrivèrent, chacun apportant avec lui une monstrueuse armée. La fin semblait proche, car les lignes alliées perdaient petit à petit du terrain. Malgré sa blessure, Sagachi, tombée à genoux, se releva pour combattre Anteros. La plus grande héroïne que l’histoire ait connue vivait là ses dernières minutes de vie. Malgré la supériorité du cardinal, sa puissance dépassant l’entendement, Sagachi, couverte de sang, se battit avec une rage impressionnante, n’abdiquant en aucun cas. Des larmes coulèrent sur ses joues, car elle savait que la mort était au rendez-vous, sa blessure au cœur lui ayant été fatale. Sagachi disparut soudainement suite à une attaque énergétique du cardinal. La grande générale de la Guilde des maîtres, celle qui un jour se sacrifia pour permettre la victoire sur la déesse du mal Shyria, périt. Anteros ne s’arrêta pas là, car il voulait maintenant la vie de Siruis Dark. L’affrontement contre les deux bersekers l’avait marqué au possible, l’affaiblissant grandement. La mort de Sagachi l’avait rendu fou de rage, c’est ce qui lui donna la force de faire face au cardinal. Malgré tous ses progrès, Anteros semblait invincible. Il ne mit que quelques secondes à se débarrasser de Siruis. Ce dernier était maintenant à terre, attendant de recevoir le coup de grâce, mais le cardinal fut interrompu dans son geste par l’arrivée dans la bataille de Taro et de son armée. Il avait réussi à vaincre l’ennemi sur « l’autoroute universelle », grâce à une stratégie militaire d’une efficacité à toute épreuve, devenant ainsi le premier à triompher dans une bataille contre les légions d’Arès. L’affrontement fut épique, le bien se renforçant de plus en plus. Malheureusement, Taro ne put rejoindre le quartier général, car les ennemis faisaient obstacle, afin de ne laisser passer aucune autre armée, suite à l’intervention de celle de l’Ouest, mené par Azaghal et Ioshi Jyrion.. Le roi de l’Enfer dû combattre au cœur même des lignes ennemies, ce qui le mettait dans une situation très risquée. Anteros ignora alors Siruis Dark et partit combattre les nouveaux ennemis.

Bientôt, Taro, ayant opté pour une attaque de front dans l’espoir de percer les lignes ennemies, afin de protéger le quartier général de la Guilde, se fit bientôt encerclé. Ses soldats tombèrent les uns après les autres. A présent, il était perdu…mais Itachi, amenant les survivants ninjas avec lui, joua les sauveurs pour Taro et son armée. Il leur permit de respirer un peu avant de reprendre le combat. Le bataille devenait terrible, les deux camps s’agrandissant au fur et à mesure de l’affrontement.

Soudain, une énorme armée fit son apparition, la garde spéciale d’Arès, envoyée au combat pour mettre un terme à cette bataille. Les alliés, voyant cela, surent à cet instant que les nouveaux ennemis apportaient avec eux leur fin. Le nombre des légions d’Arès était maintenant trop élevé. Au cœur du quartier général, Shorin eut beau se démener comme un diable, il ne pouvait empêcher l’invasion des ennemis. Il était maintenant le seul à lutter, Sagachi et Opos morts, mais Siruis Dark, qui malgré ses blessures, vint lui apporter son aide avec ce qui lui restait de soldats. De leur côté, Taro et Itachi eurent beau insister, les lignes ennemies ne flanchèrent pas face à la pression. Ils virent, impuissants, la nouvelle armée se diriger au quartier général, prête à massacrer toute résistance.

Un cor retentit alors à l’horizon. L’espace d’un instant, tous les regards se tournèrent vers ce son, qui devint de plus en plus fort. La bataille cessa pour une brève durée. Le cor retentit encore, et encore…et encore. Les environs se mirent soudainement à trembler d’une force incommensurable. Les sons incessants du cor, se rapprochant de plus en plus de la bataille, furent bientôt accompagnés par ce qui semblait être des cris, non de douleur, mais de rage. La première vision de ce mystère fut celle d’un drapeau gigantesque flottant dans le vie. C’est alors que tous comprirent ce qui arrivait, alliés comme ennemis.

Un cri, des cris sauvages prirent la place du cor, résonnant violemment. Les premiers êtres visibles furent…Seta et Sangoku. A leurs côtés se tenaient leur enfant respectif, devenu adolescent et surtout très puissant, Mitsuko et Jin, chacun portant l’étendard de la maison de leur père. Arès avait commis l’erreur de ne pas prendre en compte la redoutable et puissante race des Sayiens et des Rebels. Ils étaient le peuple de guerriers par excellence, le plus puissant depuis la nuit des temps. L’armée unifiée des Sayiens et des Rebels apparut dans la bataille. Le temps était venu pour eux de jouer le plus grand rôle de leur histoire, d’entrer finalement dans la légende de l’univers. Une furie s’était emparée des guerriers des deux peuples, se lançant, tels des torpilles, des guerriers suicidaires, contre la nouvelle grande armée d’Arès. Les alliés regardèrent tous avec admiration la grande imposante chevauchée des Sayiens et des Rebels, pourfendant l’air par leurs cris sauvages, menés par les deux plus grands fou de l’histoire, Seta et Sangoku, en première ligne, et les premiers à se fracasser sur les défenses ennemies, avant de les détruire complètement.

Seta et Sangoku, qui vivaient paisiblement avec leur famille avant la guerre d’Arès, avait été mis au courant de la situation par Bugen Hagen, grâce à la télépathie. Le grand maître leur avait ordonné de venir se battre, mais ces derniers ne l’avaient écouté, préférant opter pour une autre possibilité, celle de ramener le peuple des Sayiens et des Rebels au combat.

Jamais une bataille ne fut aussi intense que celle-ci. L’arrivée des nouveaux alliés redonna la force de combattre à ceux présents depuis le début. C’est ainsi que Shorin et Siruis Dark réussirent à repousser provisoirement l’ennemi hors du quartier général de la Guilde des maîtres.

Anteros, Deimos et Phobos restèrent bizarrement calmes, car ils avaient un plan derrière la tête. Ils regardaient la bataille homérique avec le sourire, malgré le fait que leurs troupes étaient en difficultés. Le moment venu, ils fusionnèrent leur force dans une technique magique, dans le seul but de constituer une armée. Ils montrèrent à tous leur immense pouvoir, créant des milliers et milliers de nouveaux soldats. Une gigantesque armée de Saint à l’armure noire apparurent. L’ennemi était bel et bien invincible. Malgré ce fait, les alliés ne renoncèrent le combat. Pour contrer l’arrivée de cette nouvelle armée d’une puissance infinie, Seta réunis tous ses guerriers Rebels, laissant Sangoku et ses Sayiens s’occuper de la défense du quartier général. Les deux guerriers se sacrifièrent pour le bien. D’un côté, Seta et ses Rebels, fonçant sur le nouvel ennemi, malgré sa puissance et son nombre supérieur, et de l'autre côté, Sangoku et ses Sayiens, utilisant leur corps comme bouclier, afin d’empêcher l’ennemi d’atteindre le quartier général.

La bataille était d’une intensité démentielle et d’une violence jamais atteinte. Seta et ses Rebels se tinrent pas longtemps contre l’armée des Saints noirs, mais ils opposaient néanmoins une résistance impressionnante. Pour leur venir en aide, les cardinaux créèrent, à la stupéfaction de tous, une nouvelle armée de Saints noirs. Décidément, leur pouvoir était sans limite. Les nouveaux ennemis s’attaquèrent à Seta et aux Rebels. Leur vie ne tenait maintenant qu’à un fil.


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:36 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

L'Arès war : 4ème partie (suite)

LA FIN DU BATAILLE, LE DEBUT D'UNE GUERRE


L’heure de jouer un rôle dans cette guerre était venue pour Benji Shinamori et Needa Shaw. Ils firent une entrée fracassante, pourfendant le ciel de leur armée…celle des Saints des royaumes célestes. La déesse Athéna était venue en aide à Benji face à son ennemi de toujours, Arès. Après avoir assisté impuissants à l’invasion des légions du dieu de la guerre, Benji et Needa s’étaient rendus dans les sphères célestes, afin de chercher de l’aide, mais également de mettre au courant Athéna de ce qui se tramait au royaume des vivants. Toute son armée de fidèles Saints furent réunis pour la bataille. Benji se battait aux côtés de ses frères. Les Saints se fracassèrent contre les Saints noirs, apportant une aide providentielle aux Rebels et aux Sayiens, devant le quartier général.

La bataille s’équilibra enfin, puis le bien prit l’ascendant sur le mal. En plein combat contre des ennemis, Benji fut attaqué par son frère, le cardinal Anteros, en traître. Cette attaque eut pour conséquence de lui faire perdre un œil, transpercé. Benji se tordit de douleur, à terre devant Anteros. Needa, ayant assisté au drame, tenta d’intervenir en s’attaquant au cardinal, mais son adversaire le mit à terre très vite. Heureusement pour les deux guerriers que Seta était dans les environs, car il leur sauva la vie. Il attaqua Anteros par derrière, lui lançant une technique redoutable dans le dos. Bien que cette blessure ne constituait pas grand chose pour lui, le cardinal vit son occasion de tuer son frère s’envoler, car déjà, Benji était debout, malgré la douleur. Il s’apprêtait à se battre, mais un événement l’en empêcha.

Les cieux de cette dimension se déchirèrent sous une pression terrible, explosant littéralement, laissant apparaître une lumière blanche aveuglante. Se firent entendre les légendaires trompètes célestes, celles qui dans les légendes divines, annoncèrent le Dieu du bien. Ryo apparut alors, tout vêtu de blanc, une aura d’un blanc pur l’entourant. Derrière lui, des lumières scintillantes à un point d’en être aveuglant brillaient de mille feux. Elles correspondaient chacune à un soldat de l’armée blanche. Bientôt une armée de légende fit sa première apparition dans l’histoire de l’univers, apportant avec elle une lumière céleste, vieille de l’ère des Anciens.

Voyant cela, les cardinaux sonnèrent alors la retraite, et les ennemis quittèrent tous le champs de bataille. Le bien l’avait emporté sur le mal, sur Arès, même si ce fut au prix de lourdes et nombreuses pertes. La fuite de l’ennemi laissa place à des hurlements de joie, fêtant la victoire. Seul Benji ne souriait pas, car il savait que cette bataille n’était qu’une escarmouche, et celle véritable sur le point de commencer.

Dans les jours qui suivirent, tout le monde s’attela à la mise en place des défenses du quartier général de la Guilde des maîtres, mais aussi à l’enterrement des nombreuses victimes de la terrible bataille. Enormément de héros avaient péri, comme Sagachi. De longues cérémonies furent organisés pour les honorer. Après ces quelques jours de calme, Bugen Hagen arriva finalement, avec Valliane. En apprenant la mort de son frère, une immense tristesse l’envahit, mais le temps de le pleurer viendrait après la guerre, ce qui était également le cas pour le grand maître, concernant tous ses soldats morts sur le champ d’honneur. Malheureusement, le calme fut de courte durée, car Bugen Hagen apporta avec lui une terrible nouvelle.

Les batailles que les bersekers avaient mené à travers l’univers, mais surtout l’assaut lancé contre le quartier général de la Guilde des maîtres, n’avaient été qu’une diversion pour Arès. Depuis toujours, le dieu de la guerre convoitait la place de Zeus, le Dieu des dieux et le créateur de l’univers. Quand il créa l’univers, Zeus eut besoin d’un outil, sous la forme d’un bâton en or. Il était appelé « le sceptre d’or ». Pour mettre son plan à exécution, Arès avait besoin du sceptre. Etant le seul à pouvoir pénétrer dans la demeure de Zeus, étant son propre fils, il utilisa la guerre pour détourner l’attention de son père, afin de s’emparer de son « trésor ». Arès ayant le sceptre en sa possession maintenant, plus rien ne l’empêchait de façonner l’univers à son image. Bugen Hagen apprit la nouvelle par Zeus lui-même.

Un haut conseil eut lieu au quartier général de la Guilde des maîtres, réunissant les plus importantes personnes. Il fut décidé de lancer l’assaut contre Arès, car la guerre l’obligerait à repousser son plan jusqu’à la fin des combats, ayant maintenant connaissance de la réelle menace des forces armées du bien. Bugen Hagen, Shorin, Itachi, Ioshi Jyrion, Azaghal, mais aussi Mitsuko et Jin, allèrent mener les forces du bien dans la terrible guerre qui s’annonçait, à travers l’univers, afin de repousser l’ennemi du royaume des vivant. En parallèle, la plus dangereuse mission de l’histoire avait été élaborée, celle de pénétrer dans le royaume même d’Arès, afin de lui dérober le sceptre d’or. Un groupe de sept personnes, représentant les plus puissants guerriers de Bugen Hagen, mais également les plus fous, fut composé. Il fut baptisé la « Golden team ». Ryo Minamoto, Sangoku Kakarotto, Needa Shaw, Benji Shinamori, Siruis Dark, Taro et Seta étaient ceux qui allaient partir au cœur des ténèbres.

Après quelques jours, le temps était venu pour la Golden team et les armées du bien de se séparer, chacun partant pour une mission capitale dans la survie de l’univers. La dernière ligne droite était venue.

Grâce à Benji, l’emplacement du portail menant au royaume d’Arès fut connu. Il se trouvait sur la planète Isila, celle située dans le lieu le plus reculé des « mondes inconnus », ceux créés par le dieu de la guerre en personne. C’est cette planète même qui avait permis aux légions d’Arès d’envahir le royaume des vivants. Ce fut sans mal que Benji devina que si la planète permettait de se rendre dans différents mondes, elle permettrait aussi de se rendre dans le royaume de son père.

La Golden team arriva enfin à destination, ayant emprunté les routes divines, n’étant plus sous surveillance à cause de la guerre qui allait débuter, car Arès avait besoin de toutes ses troupes. Lui-même quitta son royaume pour y participer, c’était dire l’importance capitale des futurs batailles. Grâce à ses origines, Benji sentit où se trouvait le portail recherché, celui menant au royaume qui fut sa première maison. Les sept guerriers se regardèrent tous un instant, affichant un sourire qui en disait long, puis finalement, ils disparurent dans le portail, entrant dans le royaume d’Arès, laissant derrière eux l’univers devenir un véritable champ de bataille


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 12:09 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

L’Arès War : 5ème partie

LE SCEPTRE D’OR

L’univers entier était devenu, à présent, un immense champ de bataille. C’est bien simple, les guerres se succédaient partout, dans tous les mondes des peuples libres. Tous étaient unis sous la bannière de la Guilde des maîtres, menée par le grand Bugen Hagen. Rarement dans l’histoire, le grand maître n’avait pris autant part à une guerre. Il avait toujours pu compter sur ses disciples ou ses grands maîtres pour mener les troupes. Mais aujourd’hui, c’était bel et bien lui au-devant des armées.

Bugen Hagen avait un pressentiment, comme si cette guerre était la dernière pour lui, comme s’il vivait là ses derniers instants. Il ne voulait pas partir sans rien faire, mourir sans combattre. Aujourd’hui, il n’était plus le grand maître qui dirigeait tout à l’abri des combats, non, aujourd’hui, il était le grand guerrier du bien, celui qui combattait au cœur même de l’ennemi. Il était sur tous les fronts, pourchassant l’ennemi aux quatre coins de l’univers.

Grâce à l’armée du bien, les forces purent repousser le mal sur de nombreux mondes, et bientôt, elles prirent un avantage certain dans cette guerre, même si le Dieu de la guerre en personne, Arès, ne s’était toujours pas montré, attendant son heure avec impatience. Bugen Hagen savait que toutes ces batailles remportées ne serviraient à rien si le sceptre d’or restait en possession d’Arès. Toutes ces batailles avaient pour but de faire diversion, d’occuper l’œil de l’ennemi, afin que la Golden team puisse récupérer le sceptre d’or. Tous se sacrifiaient dans l’unique but de cette mission.

Si cette mission venait à réussir, alors le Dieu de la guerre en personne se montrerait, et la fin des temps commencera…

Au royaume d’Arès, la Golden team menait à bien leur mission, mais ils devaient se montrer prudents, car s’ils venaient à être découverts, alors ils n’auraient plus aucune chance de voler le sceptre d’or, et sans cet objet, Arès demeurait invincible, et rien ni personne ne pourrait plus s’opposer à lui et son armée.
Benji connaissait très bien ce royaume, lui qui y avait vécu une partie de sa vie, avant d’être confié à sa mère, la légendaire et défunte déesse Aphrodite. Grâce à lui, ils purent avancer dans les ténèbres, mais la route était longue et semé d’embuches. Le sceptre se trouvait dans le palais d’Arès, et pour y parvenir, plusieurs jours de marche étaient nécessaires.

Après quelques jours d’aventure, ils parvinrent enfin à destination, et ils purent enfin voir le sceptre d’or. Mais alors qu’ils pensaient toucher au but, un piège leur fut tendu par le Dieu de la guerre en personne. En effet, ce dernier n’était pas dupe, ils avaient compris les intentions des forces du bien, ils savaient que le sceptre d’or était leur seul espoir. Benji était son fils, et par un lien mystique, il pouvait voir et ressentir tout ce que ce dernier ressentait ou voyait. Depuis le début, Arès était au courant de cette mission, et depuis le début, il jouait avec eux. Il s’en était grandement amusé.

Lors de l’arrivée de la Golden team au palais d’Arès, ce dernier leur apparut, avec tous ses cardinaux, ses plus puissants guerriers, dont faisait partie son frère, le cardinal Antéros. Il leur expliqua tout, sur ses intentions, l’avenir de l’univers, ainsi que le piège dont ils étaient tous tombés. Il se moquait de leur situation. Son but était maintenant d’éliminer toute la Golden team, unique espoir des forces du bien. En les éliminant, Arès provoquerait la fin, et plus personne ne pourrait s’opposer à lui.

Pour la première fois depuis le début de la guerre, le dieu en personne allait se salir les mains en s’occupant lui-même de son fils. Les cardinaux allaient s’occuper des autres guerriers de la Golden team. Le combat commença.

Malgré l’intelligence, la stratégie ou la toute puissance d’Arès, ce dernier commit là sa première erreur dans cette guerre. En effet, son statut de divinité suprême lui fit sous-estimer les guerriers de la Golden team.

Il pensait ses cardinaux invincibles, jamais il n’aurait pu penser quelqu’un capable de rivaliser, voir de battre sa précieuse garde personnelle. Il s’était occupé de Benji, car étant son fils, il le pensait une menace pour ses guerriers. L’erreur d’Arès avait été de sous-estimer ses ennemis, de ne pas s’occuper de savoir qui ils étaient. Il était toujours resté dans les sphères célestes, jamais il ne s’était occupé du royaume des vivants. Il connaissait la Guilde des maîtres et Bugen Hagen bien-sûr, mais, hormis Benji, il n’avait pris la peine de considérer les autres guerriers. S’il l’aurait fait, alors peut-être les choses auraient été différentes, car il aurait eu connaissance que Seta était le guerrier le plus puissant de l’univers, que sa puissance était supérieur à ses cardinaux et dont on dit qu’elle dépasse également celle de Bugen Hagen ; il aurait eu connaissance que Sangoku était un génie du combat, qu’il avait été le plus jeune général des armées de la Guilde des maîtres et que rien ni personne ne pouvait l’arrêter ; il aurait eu connaissance que Siruis Dark était le plus grand héros des forces du bien, une force de caractère et un courage infinis, capable de renverser les situations les plus critiques ; il aurait eu connaissance que Ryo Minamoto était un Dieu, celui du bien, et en tant que tel, aucun cardinal ne pouvait le vaincre ; il aurait eu également connaissance que les fils de l’Enfer, Taro et Needa, étaient les guerriers les plus redoutables et féroces qu’ils soient.

Alors qu’il s’apprêtait à tuer son fils, Benji, après un duel à sens unique, une chose impensable pour lui arriva, les guerriers de la Golden team sortirent victorieux de leur duel contre les cardinaux. Ils furent tous annihilés, après un combat d’une violence terrible. Benji profita alors de ce moment d’inattention de son père pour le blesser, bien que superficiellement, au visage, et ainsi s’emparer du sceptre d’or.

La Golden team parvint ensuite à s’enfuir, avant que le dieu de la guerre reprenne ses esprits. L’affrontement direct, au vue de leur état respectif, suite à leur combat contre les cardinaux, aurait été suicidaire. Ils quittèrent donc le royaume d’Arès, revenant parmi les vivants. La mission avait donc été plus qu’une réussite, avec le vol du sceptre d’or, et l’anéantissement des cardinaux d’Arès.

Le temps de la dernière bataille était venu, car le temps d’intervenir dans cette guerre pour le dieu de la guerre en personne était venu. Il retira toute son armée du royaume des vivants pour la faire venir dans son royaume, invitant les forces du bien à l’attaquer de front, chose qu’ils allaient faire, car ils n’avaient plus le choix.

Mais cette fois, Arès n’allait pas sous-estimer son ennemi, cette fois il ne ferait pas la même erreur.

Les forces du bien s’étaient réunies, et bientôt, elles lanceraient un ultime assaut au royaume d’Arès, un monde aux dimensions infinies. Bugen Hagen sentait sa fin, mais il n’en avait cure, il savait que d’ici la fin de la guerre, il aurait à affronter Arès.
Malgré toutes leurs victoires, rien de ce qui avait précédé ne pouvait être pire de ce qui allait ven
ir, car cette fois, Arès en personne prendrait part au combat. Sa puissance n’avait jamais eu d’égale dans l’histoire, et bientôt, les peuples libres de l’univers allaient y faire face.

Mais Arès commit une deuxième erreur, celle d’oublier un nom, un nom qui était déjà connu, mais un nom, qui après cette guerre, allait devenir légende, la plus grande qui soit…Azaghal…


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 14:58 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

L’Arès War, 6ème partie

L’ULTIME BATAILLE

Le jour tant redouté était enfin venu, celui où les forces du bien feraient face aux légions d’Arès, ainsi qu’au dieu lui-même. Le moment était venu de mettre fin à toute cette interminable guerre. La grande bataille, celle qui déciderait du destin de l’univers, s’apprêtait à commencer. Mais la chose la plus surprenante qui soit se déroula avant même le début des combats.

Bugen Hagen fit face à Arès lors d’un duel homérique qui devrait décider du sort de la bataille. Même s’il se savait nettement inférieur, le grand maître avait décidé de tenter le tout pour le tout en affrontant seul le dieu de la guerre. Si par miracle il parvenait à le vaincre, alors le bien l’emporterait.

Tous assistèrent alors à un affrontement d’une violence inouïe, opposant le plus grand guerrier du bien au plus grand guerrier du mal. Bugen Hagen, lui qui était resté toujours en retrait dans l’histoire, montra à tous pourquoi il était le grand maître, pourquoi il avait été le dirigeant et pourquoi les plus grands guerriers de la Guilde des maîtres l’avaient suivi.

Il réussit l’impensable, blesser Arès. Malheureusement, bien qu’il se battit de toute son âme, de tout son être, porté par l’espoir de tous les peuples libres de l’univers, qui comptaient sur lui pour mettre fin à ce cauchemar, il ne put finalement rien faire. Bugen Hagen savait Arès plus puissant que tout ce qu’il avait affronté, mais jamais il n’aurait pu imaginer qu’il soit aussi fort. Ce dernier, alors qu’il fut blessé, montra alors le plus grand des respects pour le grand maître. Arès estima que Bugen Hagen était digne de faire face à toute sa puissance, ainsi, il déploya tous ses pouvoirs.

Bugen Hagen, le maître de tous les guerriers de l’univers, fondateur de la Guilde des maîtres, l’être qui avait œuvré toute sa vie pour la sauvegarde de l’univers, l’être qui avait sacrifié sa vie pour la paix, périt de la main d’Arès.

Mais alors que le désespoir et le chaos aurait dû s’emparer du cœur des guerriers du bien, ce fut tout le contraire qui se produisit. Arès comprit alors tout le sens du sacrifice de Bugen Hagen, qui par sa mort, avait voulu insuffler la force et le courage nécessaire pour permettre à ses guerriers pour se lever contre le mal, pour pouvoir outrepasser la peur et combattre avec rage et honneur, pour la sauvegarde l’univers. C’est dans un élan de folie totale que les forces du bien s’élancèrent contre celles du dieu de la guerre, et fracassant sur elles. L’ultime bataille venait de commencer, par la mort du grand maître Bugen Hagen.

La bataille fut la plus violente et la plus dantesque qu’il y ait eu dans toute l’histoire, mais aussi la plus tragique, tant les morts furent nombreux. Cette guerre avait vu les plus grands héros du bien tomber les uns après les autres, et cette bataille enfonçait encore plus le clou.

Ainsi, le grand Siruis Dark, le seul être d’origine modeste, celui qui à la base n’était qu’un simple humain, devenu l’un des plus grands héros de l’univers, périt également, après un affrontement contre le dieu de la guerre. Siruis Dark, le guerrier le plus aimé de la Guilde, grand défenseur de la paix, malgré toutes les horreurs vues, jamais il ne s’était détourné de son chemin, toujours il avait agi en homme de bien. Une immense tristesse s’empara de ses amis à sa mort, mais le temps de pleurer les pertes viendraient plus tard.

Rien n’y personne ne semblait pouvoir s’opposer à Arès tant sa puissance était infinie. Il terrassa chaque guerrier qui osait s’en prendre à lui. Aucun être du bien ne semblait assez puissant pour ne serait-ce que l’égratigner. Même la Golden team ne put rien faire. Mais personne n’est invincible, il y a toujours plus fort que soit. Ainsi, c’est par une tragédie que tout allait changer. Jin et Mitsuko, le fils et la fille des grands guerriers Seta et Sangoku, périrent à leur tour. C’est alors que, fous de rage, les deux grands maîtres se lancèrent sur le dieu de la guerre, Arès.

Seta et Sangoku étaient de la race des Sayiens et Rebels, les guerriers les plus féroces de l’univers. Ainsi, par la mort de leur enfant, ils avaient vu leur puissance décupler pour atteindre des sommets encore jamais atteint par un guerrier du bien. Chose impensable, ils vinrent à rivaliser avec Arès, allant même jusqu’à le surpasser. Pour la première fois de sa vie, le dieu de la guerre fut en difficulté. Blessé comme jamais, il dû puiser dans ses ressources pour mettre à bas ses deux opposants.

Mais Seta et Sangoku avaient montré la voie, ils avaient montré à tous que leur ennemi pouvait être vaincu, que nul n’était invincible. Ainsi, toute la Golden team se lança à l’assaut du dieu de la guerre. Les fils de l’Enfer, Taro et Needa, Ryo, ou encore Benji, tous se jetèrent à corps perdu dans la bataille. Seta et Sangoku, à nouveau d’attaque, se joignirent également à cette charge suicidaire.

Le dieu de la guerre, Arès, reçu alors la plus grosse correction de sa vie, une humiliation totale que jamais il ne pardonnerait. C’est alors qu’il fut mis à terre, baignant dans son propre sang, sang qu’il n’avait jamais vu couler. Cette vision l’atteignit au plus profond de son être. C’est alors qu’il laissa exploser toute sa rage et sa colère, et c’est alors qu’il se découvrit une puissance insoupçonnée jusque-là. Arès était allé au-delà de ses limites, les surpassant totalement.

Il écrasa alors la totalité de la Golden team, et pour faire comprendre à tous qu’il n’y avait plus d’espoir, il tua d’un coup Benji, son propre fils, sans lui laisser la moindre chance. Mais c’est quand tout semble fini, que la fin semble inéluctable, que la lumière revient. Arès s’apprêta à porter le coup fatal aux grands maîtres, à toute la Golden team, qu’il fut privé de ses pouvoirs.

Ioshi Jyron, la plus puissante magicienne de l’univers, elle-même élève de Dragon, la plus grande magicienne de l’histoire et grande alliée de la Guilde des maîtres, vint porter secours à ses amis. Par un sort des plus dangereux, elle priva Arès de ses pouvoirs. Mais ce n’était que temporaire, et étant donné la puissance monstrueuse du dieu de la guerre, ce sort la paralysa complètement, luttant intérieurement pour contenir les pouvoirs destructeurs de l’ennemi. Si elle persistait à les contenir, elle en mourrait.

Dépourvu temporairement de ses pouvoirs, il fallait maintenant un guerrier apte à affronter Arès, et à le vaincre. Ryo, Needa, Sangoku, Seta et Taro, bien qu’au plus mal suite à leur affrontement, se relevèrent et tentèrent de vaincre l’ennemi, qu’importe leurs blessures. Mais Arès restait le plus fort, même sans ses pouvoirs. Ils ne pouvaient rien faire, surtout vu leur état déplorable, mais ils se battaient, se relevant encore et toujours, car s’ils échouaient, c’était la fin.

Ioshi Jyrion dû puiser dans ses réserves, lutter au plus profond de son être pour toujours contenir les pouvoirs d’Arès, qui la détruisait complètement, la consumant de l’intérieur, tant sa puissance était grande. C’est alors qu’un être, toujours resté dans l’ombre car la gloire ne l’importait peu, contrairement à ses amis, allait se révéler au grand jour pour devenir le sauveur de tous, celui dont le nom serait la plus grande légende de l’histoire…Azaghal.

Azaghal avait toujours été là, depuis le début, mais toujours il était resté dans l’ombre. Il avait toujours œuvré pour le bien dans l’histoire, mais la gloire ne l’intéressait pas. Il avait toujours été présent, lors des grands événements de l’univers. C’était un être bon, aimé de tous, et parmi les forces du bien et du mal, il était connu comme étant le plus grand sabreur de l’univers.

Arès, se croyant plus fort que tout, commis alors sa deuxième erreur, erreur qui allait lui être fatale, celle de sous-estimer Azaghal. Armé de sa lame de toujours, sa fidèle amie, il affronta le dieu de la guerre en personne dans un duel qui allait marquer à jamais l’histoire. L’affrontement fut homérique.

Arès, le grand dieu de la guerre, fut vaincu.

Azaghal venait de mettre fin à cette guerre. Avec l’aide de Ioshi Jyrion, sans qui cette victoire n’aurait jamais pu avoir lieu, il venait de libérer les peuples libres de l’univers.

La paix était enfin revenu, et le mal, définitivement éradiqué.

Une longue ère de reconstruction allait suivre, et beaucoup de choses allaient changer.


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Mar 5 Aoû - 12:16 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

UN MONDE NOUVEAU

La terrible guerre contre le dieu de la guerre Arès avait laissé l’univers dans un état catastrophique. Sur chaque galaxie, chaque planète, chaque contrée, il y avait des dégâts et de lourdes pertes à déplorer. Mais ce que l’histoire a montré, c’est que, malgré toute la désolation et le chaos engendrés par le mal, la vie finie toujours pas reprendre son cours. Ainsi, une totale reconstruction de chaque monde fut en marche. Une très longue période de paix arriva, la plus longue de l’histoire, s’étalant sur des millénaires et des millénaires.

Concernant les guerriers du bien, tous prirent des directions différentes. La guerre contre Arès avait laissé des traces dans le cœur de tous, qui jamais ne s’effaceront. Tous avaient perdu des êtres chers, et même plus, et jamais ils oublieront ce que cette guerre leur avait enlevé.

Ainsi, la plupart des guerriers restants de la Golden team, mais également la plupart des grands héros, prirent la décision de déposer les armes. Ils avaient passé leur vie à se battre, et la guerre contre Arès avait été la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase. Ils n’en pouvaient plus, ils voulaient à présent vivre une vie ordinaire, loin des guerres et des combats.

Ryo Minamoto quitta le monde des vivants et revint dans son royaume, le Paradis. Il était certainement le guerrier de la Golden team le plus sensible qui soit, et jamais il ne se remettrait de cette guerre contre Arès. Il allait concentrer le reste de sa vie à faire prospérer son monde, et faire le bien autour de lui et rentre la vie des habitants du Paradis meilleur. Plus jamais il n’allait être vu au royaume des vivants, mais son histoire n’allait pas s’arrêter là.

Taro, marqué au plus haut point par la mort de Bugen Hagen, qu’il avait toujours considéré comme son propre père, quitta à son tour le royaume des vivants, revenant dans son royaume, l’Enfer. Cette guerre l’avait changé à jamais, rendant son cœur beaucoup plus noir. Il ferma les accès à l’Enfer, s’enfermant dans son royaume. Il rageait intérieurement de n’avoir rien pu faire pour sauver Bugen Hagen, de ne pas avoir été assez puissant. Son objectif devint celui de faire de Nasgaroth la plus grande puissance militaire de l’univers, la plus grande puissance de l’histoire, mais aussi de devenir le plus puissant guerrier de l’histoire. Chaque jour, chaque heure, chaque seconde, il s’attelait à cette tâche. Pendant longtemps, plus personne n’entendit parler de lui.

Seta suivit Taro dans cette quête de puissance, de grand pouvoir. Lui aussi ne se remettrait jamais de cette guerre contre Arès, et la mort de sa fille, Mitsuko, le hantera à jamais. Comme Taro, il rageait de n’avoir pu sauver son enfant, de n’avoir pu être assez puissant. A l’inverse de son ami, il abandonna son trône, celui des Rebels, et quitta les mondes connus. Il partit à la recherche de la toute puissance, son but étant de devenir le plus grand guerrier que le monde ait connu. Comme pour Taro, qui avait coupé les accès au royaume de l’Enfer, plus personne n’entendit parler de Seta pendant très longtemps, des millénaires et des millénaires.

Cette longue période de paix, qui vit l’univers se reconstruire et prospérer comme jamais, allait voir renaître une nouvelle Guilde des maîtres, l’ancienne ayant été détruite avec la mort de Bugen Hagen, plus grande, plus protectrice, plus puissante que jamais. Il ne fallait plus reproduire les erreurs du passé, et l’univers avait besoin qu’un protecteur veille sur les peuples libres, pour préserver la paix, pour empêcher quiconque voulant la briser.

Nevius prit alors la place de Bugen Hagen, devenant le nouveau grand maître de la Guilde. Personne d’autre ne pouvait mieux représenter le défunt maître. Nevius était un être courageux, respecté, et aimé de tous, ses actes héroïques ayant marqués l’histoire. Pendant tout ce temps, il s’était attelé à la tâche de tout reconstruire, de faire renaître la grande Guilde des maîtres. Mais seul, jamais il n’aurait pu réaliser ce véritable miracle. Dans sa tâche, il fut aidé par Needa, Ioshi, Azaghal et Sangoku.

Sangoku reprit son rôle qui était sien depuis toujours, celui de général de toutes les armées de la Guilde. Il mena ainsi chaque expédition dans l’univers, afin d’assurer la protection des peuples libres. Il fallait une figure légendaire pour ce rôle, et Sangoku ne pouvait au mieux représenter cette nouvelle Guilde. Il était un être au cœur pur, et par ce fait, il représentait le bien dans toute sa bonté, sa splendeur.

Ioshi, Needa et Azaghal devinrent les nouveaux et seuls grands maîtres de la Guilde, s’occupant personnellement de la formation de tous les disciples et guerriers du bien. C’était une tâche énorme, presque infinie. Chaque soldat envoyé au front avait été formé par les grands maîtres en personne. C’est ainsi que la nouvelle Guilde devint plus puissante que jamais elle ne l’avait été, et qu’elle ne le sera. Jamais dans l’histoire elle n’avait aucun prospéré. Les trois grands maîtres n’allaient que rarement au front, ce rôle étant pour leur ami Sangoku, préférant enseigner tout leur savoir à leurs nouveaux élèves. Bien-sûr, ils partaient à l’aventure de temps à autre. Ils suivaient les pas de leur maître respectif, suivant la voie que Bugen Hagen avait toujours désirée pour eux, et ils en étaient fiers.

Dans le privé, cette période de paix allait voir la chose la plus inconcevable qui soit, Ioshi et Needa, la guerrière la plus féroce, et le guerrier le plus féroce, avoir un enfant. Bien que jamais ils ne se mirent ensemble officiellement, il y eut entre eux un amour incompréhensible, un amour que seuls eux pouvaient comprendre. Un dénommé Liam vit le jour. Ce bébé devint symbole d’espoir, car alors qu’il n’était encore que nourrisson, une puissance inouïe put se faire sentir en lui.

Au fil des années, Liam, alors qu’il suivait sa formation au combat, comme tous les autres disciples, se découvrit des dons de plus en plus incroyables. Sa puissance ne cessait d’augmenter, au point, qu’à maturité, lorsqu’il fut temps pour lui de partir au front, il ne semblait pas avoir d’égal. Il devint très vite un héros, le plus grand de la Guilde, son nom devenant plus grand que celui de ses parents ou encore du grand général Sangoku.

Liam était le symbole du renouveau, et bientôt, il allait également s’occuper de former des disciples, devenant le plus jeune grand maître de l’histoire. Il était alors le plus puissant des guerriers du bien, dépassant ses parents, et dont on disait qu’il était même supérieur à Sangoku.

Après des millénaires et des millénaires de paix, ce qui devait arriver arriva…la guerre et le mal revinrent dans le royaume des vivants, apportant avec eux un ennemi que nul n’aurait jamais pu imaginer.


Revenir en haut
Needa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2013
Messages: 224
Localisation: Yggdrasil

MessagePosté le: Mer 6 Aoû - 15:46 (2014)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I Répondre en citant

Après la plus longue paix de l’histoire, ce qui devait arriver arriva, la guerre reprit le dessus. Mais cette fois, tout allait changer, cette fois, le monde tel qu’il était connu allait disparaître. Par le passé, un nombre infini de guerre ou de supposé fin du monde eurent lieues, et aujourd’hui, celle qui allait débuter provoquerait la fin de tout. Aujourd’hui, ce n’était pas une, mais bel et bien la vraie, la grande Apocalypse.

Cette si longue ère de paix avait été comme une véritable bouffée d’air pour les peuples libres, comme si l’univers voulait faire un dernier cadeau aux siens avant de disparaître, qu’il voulait montrer son plus beau visage, pour qu’à jamais cette beauté reste dans tous les esprits, avant de s’éteindre à jamais.

Tout commença an l’an 666 de la 31ème ère, lorsqu’un drame retentit dans l’univers entier, une tragédie qui allait toucher les forces du bien au plus profond de leur cœur. Le Paradis tout entier fut anéanti par un ennemi, qui toujours dans l’histoire avait été du côté du bien, Nasgaroth. Taro, menant les armées de l’Enfer, s’était attaqué au royaume du Paradis du grand roi Ryo Minamoto. Jamais il ne se serait attendu à pareil acte, ce pourquoi il ne put se défendre lors de cette attaque.

Taro, depuis la mort de Bugen Hagen, s’était enfermé en Enfer, coupant les accès à son royaume, se cloîtrant dans son antre à l’abri de l’œil de la nouvelle Guilde des maîtres. Cette dernière, en totale reconstruction, n’avait pris la peine de s’en occuper. Pendant des millénaires, en secret, Nasgaroth ne cessa de progresser militairement parlant, et Taro, ayant retrouvé la fameuse sorcière Enya, son ancienne ennemie, celle qui un jour créa Misdery, le premier chevalier de l’Apocalypse, décida de l’épargner et d’utiliser ses pouvoirs, pour sa quête de puissance.

Avec l’aide d’Enya, Taro fit accroître la puissance de son armée comme jamais, mais également la sienne. La sorcière, par la magie noire la plus obscure et puissante, rendit Taro plus puissant que jamais il ne le sera. La mort de Bugen Hagen, qui était comme un père pour lui, lui avait fait perdre la raison. Bien qu’il était motivé par une noble pensée à la base, celle d’être le plus fort pour que plus jamais un être cher n’ait à mourir, cette quête de puissance lui fit perdre la raison. Son cœur était maintenant aussi noir que les ténèbres. Lorsqu’il attaqua le Paradis avec toute son armée, il provoqua le début de la fin.

Ryo Minamoto, l’être le plus sage et le plus bon qu’il eut existé, un héros digne des contes de fées, un grand roi pour son peuple, un grand défenseur du bien, un guerrier de légende, périt de la main même de son grand ami, Taro.

Rien ni personne n’aurait pu prévoir cette attaque, pas même la Guilde des maîtres, et personne ne put empêcher ce massacre. Cet acte de trahison fut vécu comme un coup de poignard en plein cœur par les grands maîtres, qui ne savait pas comment réagir, car Taro avait toujours combattu à leurs côtés, jamais il ne s’était détourné de son chemin. Mais la perte de leur ami, Ryo, leur fit comprendre que leur ancien allié était maintenant leur ennemi, et qu’il n’y avait plus rien à faire.

Needa, le frère de Taro, l’un des fils de l’Enfer, décida qu’en tant que tel, cette tâche de l’affronter ne pouvait aller à un autre que lui. Malgré ces folies, malgré le fait qu’il avait été, dans l’histoire, l’être le plus instable de toute la Guilde des maîtres, aujourd’hui il en était le plus grand défenseur, et aujourd’hui, il devait prendre ses responsabilités. Taro était son frère, mais il n’avait d’autres choix que de l’arrêter.

Malheureusement, Needa avait sous-estimé Taro, il avait sous-estimé ses nouveaux pouvoirs, créés par la sorcellerie maléfique de la sorcière Enya. Lorsqu’il vint à affronter son frère, ce dernier l’écrasa complètement. Needa fut complètement dépassé par la nouvelle puissance de Taro. Au seuil de la mort, il sombra dans un profond coma, ne devant son salut qu’à l’intervention providentielle de son ami de toujours Sangoku, qui le sauva avant de le ramener au quartier général de la Guilde. Sa vie ne tenait maintenant qu’à un fil, et par les pouvoirs obscurs d’Enya, même la magie blanche de Ioshi ne purent le guérir. Seul le destin déciderait du sort qui était le sien.

Fou de rage et de colère, Liam, le fils de Needa et Ioshi, devenu le plus grand guerrier de la Guilde, entreprit de se venger. Il partit avec sa garde personnelle affronter son oncle, Taro, contre l’avis de tous, et personne ne put lui faire entendre raison, pas même sa mère. Liam partit donc à la rencontre de son oncle, qui le rencontra alors pour la première fois. Une terrible bataille s’ensuivit qui vit les deux guerriers s’affronter jusqu’à la mort. Bien que Taro fût devenu infiniment puissant, Liam était le fils des plus féroces guerriers de l’histoire, et sa puissance n’avait rien à lui envier. Il tint tête à l’un des plus puissants êtres de l’histoire, allant jusqu’à le surpasser, tant sa puissance ne semblait avoir de limites. Mais c’est quand il prit l’avantage qu’un drame survint.

Seta refit surface à son tour, après sa totale disparition depuis la guerre contre Arès. Mais lors de son retour, il n’était pas seul, une gigantesque armée de démons l’accompagnait, ainsi qu’une femme à l’apparence mi humaine, mi démon. Cet effet de surprise déconcentra totalement Liam, et Taro profita de cet instant pour lui porter un coup fatal. Bien que ce dernier fût son neveu, bien que le même sang coulait dans ses veines, il n’eut aucune hésitation à l’éliminer.

Seta avait subi le même sort que Taro, il avait perdu la raison dans cette quête de puissance. La mort de sa fille par Arès, aura été le début de la fin pour lui. Il avait ainsi renié tout ce dont il s’était toujours battu, tout ce qu’il était. Autrefois le grand héros du bien, il était maintenant le mal qui rongeait l’univers. Toutes ces guerres avaient eu raison de son âme, comme pour Taro. Lors de leur disparition, les deux êtres n’avaient cessé de rester en contact, et ils avaient prévu cette attaque. Leur but était de régner sur l’univers, et de détruire à jamais la Guilde des maîtres, qu’ils jugeaient responsable de tous leurs malheurs. Une mystérieuse entité s’était joint à eux dans cette quête vengeresse…Shiva, le premier démon, accompagné de son armée, les premiers démons.

Ce mal nouveau était au fait le plus ancien de l’histoire, il avait été celui qui anéantit le premier peuple, les Anciens, avant de disparaître jusqu’à ce jour. Même Zeus, le créateur de l’univers en personne, ne le connaissait. Shiva, venu du néant pour apporter le néant. Il n’y avait aucune explication à ses actes, son seul but était de voir le monde brûler et sombrer dans le néant.

Toutes ces guerres, toutes ces morts, toute cette haine, ce chaos…tout cela avait finalement réveillé ce mal, la déesse Shiva, qui voulait à présent plonger l’univers dans l’obscurité la plus totale. A présent, rien n’était assez puissant pour s’opposer aux ennemis, et bientôt, tout ce qui avait été connu disparaîtrait. La Guilde des maîtres ne pouvait plus rien faire.

La chute de l’univers commença lorsque Shiva tua le Dieu des dieux, le créateur de tout, Zeus. La fin était proche.

La mort de Zeus fera sortir miraculeusement Needa de sa mort cérébrale. Le Dieu des dieux, avant de disparaître, enverra son dernier souffle dans le corps de celui, qui un jour, avait eu la chance inouïe de suivre son enseignement. Il fut le seul de l’histoire avec le défunt Benji. Zeus avait vu en Needa celui qui pourrait sauver sa création, les êtres vivants qu’il chérissait tant.

A présent, plus rien ne pouvait sauver l’univers, mais malgré cela, la Guilde des maîtres décida de se battre. S’il fallait mourir, alors ce serait au combat. Les guerriers du bien n’avaient plus qu’un seul but, tuer le plus grands nombres d’ennemis avant de chuter. Les batailles qui suivirent furent les dernières.

Needa savait la fin inéluctable, mais il allait tenter le tout pour le tout. Par un rituel ancestral des plus dangereux, il voulait utiliser les âmes des milliards de morts contre l’ennemi, créant alors une arme si puissante, qu’elle serait à même de détruire l’ennemi, mais par ce fait, ils empêcheraient ainsi à ces dernières de trouver le repos éternel. Ce plan divisa les légions du bien en deux camps, celui de Needa et celui de Ioshi. Les deux amants devinrent ennemis, car la magicienne, même si c’était la guerre, elle préférait sombrer que de commettre cet acte qu’elle qualifiait d’abjecte.

Nul ne saura jamais ci ce plan aurait pu fonctionner, car Ioshi parviendra à arrêter Needa, alors sur le point d’accomplir ce rituel. Les deux amants se battirent jusqu’à la mort, et la magicienne finira par l’emporter, mais au dernier moment, elle se refusera de tuer celui qu’elle avait aimé. Ce fut la dernière fois qu’ils se virent. Alors qu’il était inconscient, Needa eut une vision, celle de Zeus, depuis sa mort, sur une dimension inviolée depuis la nuit des temps, celle des Anciens, la terre promise du premier peuple de l’univers, l’endroit où reposait leur esprit. Needa, par son sang et ses origines, était le seul à pouvoir ouvrir cette dimension. Même si la guerre ne pouvait être gagnée, le bien pouvait survivre dans cette dimension, à l’abri de l’ennemi, dans ce lieu. Needa disparut alors, sa quête étant plus importante que tout.

Petit à petit, l’univers sombrait en ruines, et les grands héros encore en vie décidèrent alors de lancer une attaque directe à l’ennemi, pour lui porter un coup terrible, avant de mourir.

C’est ainsi que Sangoku montra la voie à suivre, affrontant la déesse Shiva en personne, le bourreau de Zeus. Le grand général des armées du bien allait au-devant de sa propre mort, mais il n’en avait cure. Il voulait partir par un dernier coup d’éclat, dans un dernier moment de bravoure qui n’aura jamais d’égale. Il avait voué sa vie au combat, et c’était par cela qu’il voulait partir. L’histoire retiendra de lui qu’il fut un guerrier sans égal, sans peur et sans reproche ; l’histoire retiendra surtout que jamais rien ni personne n’a pu en venir à bout, que jamais il ne connut la défaite et que toujours il était sorti victorieux ; l’histoire retiendra de lui qu’il fut le plus grand guerrier du bien de toute l’histoire depuis sa création. Sangoku périra au cours de cet affrontement, mais il emportera la déesse Shiva avec lui dans sa tombe. Il avait réussi l’impensable.

Ioshi avait vu ses amis les plus fidèles, et les êtres les plus chers périrent sous ses yeux, mais par-dessus tout, elle avait vu son fils, Liam, disparaître. Jamais elle ne pardonnerait à Taro. Elle n’en pouvait plus, elle était allée au bout de son être. Elle décida d’effectuer une dernière chose avant de disparaître. Au cours d’une bataille, elle décida d’affronter le tout puissant Taro en personne, lui qui avait été un ami très proche par le passé. Bien que la puissance de son ennemie fût immense, sa magie l’était tout autant. Après un duel de légende, elle parvint à terrasser le grand Taro, l’envoyant au royaume des morts, et le libérant de sa folie. Après cet acte, plus jamais elle ne serait pareille. Ce fut la dernière fois que quelqu’un la vit, disparaissant dans le chaos des batailles. Nul ne sait ce qu’il advenu d’elle par la suite.

Malgré la mort de Taro et de la déesse Shiva, les premiers démons ne s’étaient pas éteints, au contraire, ils ne cessaient de croître dans l’univers, faisant s’effondrer les mondes les uns après les autres. Bientôt, ils n’en resteraient plus. La Guilde des maîtres était tombée, et les affrontements étaient terminés. A présent, c’était purement et simplement une extermination, celle de tous les êtres vivants de l’univers. Les survivants tentèrent de fuir, se réfugiant où ils le pouvaient, mais il ne semblait y avoir aucun échappatoire. C’est alors que Needa réapparut, apportant avec lui l’espoir d’un monde nouveau, d’un renouveau complet. Dans sa quête, il avait dû emprunter des voies hors du temps et de l’espace, au-delà même de la vie et la mort. Ce qu’il s’était passé demeurerait un mystère à jamais, mais grâce à lui, par son sang et son rang, il avait pu convaincre l’esprit des Anciens à ouvrir leur monde aux survivants.

Needa s’empressa de partir à la recherche des survivants, parcourant d’innombrables galaxies. Il retrouva alors son vieil ami, Azaghal, devenu le dernier protecteur de l’univers. Ils sauvèrent le plus de monde qu’ils pouvaient, les amenant à la porte des Anciens. Malheureusement, ils ne purent sauver tout le monde, et beaucoup périront. Les légions du mal, avec à sa tête Seta, les retrouvèrent, dans l’espoir de les anéantir une fois pour toute.

Azaghal avait été, avec Sangoku, l'être le plus pur qui soit, et malgré toutes les atrocités et les horreurs commises par Seta, il ne pouvait effacer tout ce qu'il avait vécu à ses côtés, il ne pouvait oublier leur amitié passée. Il fallait un être capable de passer outre ces sentiments, et de faire "le sale boulot". Azaghal n'en était pas capable, car sa bonté d'âme n'avait que peu d'égale. Needa décida qu'il était temps pour lui de faire face à ses responsabilités, en affrontant Seta seul, pour sauver la vie dans l'univers, et ainsi se racheter une bonne fois pour toute de ses erreurs passées.

Qu'importe la nouvelle puissance de Seta, qu'importe sa nouvelle force, de loin supérieur à tout ce qu'ils avaient connu, dépassant de loin tous les autres ennemis rencontrés, que se soit Shiva, Shyria ou même Arès, Azaghal avait une confiance aveugle en son grand ami, Needa, il savait au fond de lui qu'il sortirait vainqueur de cet affrontement, et qu'importe la supériorité apparente de l'ennemi, rien ni personne ne pouvait venir à bout de l'Elu Noir. Il jeta un dernier regard en direction de Seta, en guise d'adieu, adieu qui lui déchira le coeur, et quitta le monde des vivants pour guider les survivants à travers la dimension des Anciens.

Devant les portes de la dimension des Anciens, Needa affronta alors Seta, devenu l’empereur du mal. Cet affrontement allait clôturer l'histoire de l'univers, celle du monde des vivants. Seta était devenu ce qu'il avait toujours voulu être, le guerrier le plus puissant de l'univers, inégalé dans l'histoire. Mais face à lui se tenait le guerrier le plus féroce et le plus dangereux qui soit. Needa avait toujours été une énigme, toujours inconstant, tantôt guerrier divin, tantôt guerrier moyen. Jamais il ne donnait le sentiment d'être complètement dans le combat, jamais il ne donnait le sentiment de se battre au maximum de ses capacités. Il avait pris un nombre incalculable de raclées, aussi grandes que le nombre d'étoiles dans l'univers. Mais aujourd'hui, les choses étaient différentes. Il n'oublia pas sa promesse passée, celle faite au grand Baddack, de toujours veiller sur son fils, et il savait qu'en le tuant, il le libérerait du mal. Il n'oublia également pas que Seta était responsable de la mort de son fils, Liam, l'être qu'il avait aimé plus que n'importe quelle chose.

Seta fit face alors au véritable Needa, et qu'importe sa nouvelle puissance, qu'importe sa rage et sa haine, qu'importe sa fureur, après un duel d'une violence jamais vue, il fut vaincu. Alors au seuil de la mort, il retrouva ses esprits, libéré de l'emprise du mal, qui l'avait fait sombré. Vivant ses derniers instants, dans les bras de son grand ami, Needa, il obtiendra son pardon, et c'est l'âme en paix qu'il partit rejoindre sa fille et tous ses amis au royaume des morts.

Par cet acte, Needa se racheta ainsi de toutes ses fautes passées, entrant définitivement dans la lumière, sa part sombre disparaissant une bonne fois pour toute. Son fardeau disparut, et malgré que l'univers sombrait, un immense bonheur le parcourut...le bien avait pris place dans tout son être, pour ne plus jamais le quitter. Needa avait toujours été l'être le plus instable de la Guilde, mais au fond, il avait toujours été quelqu'un de bien, un être bon, un guerrier de lumière. Et aujourd'hui, il prouva qu'il était certainement le plus grand héros ayant jamais existé, au même titre que Sangoku, Azaghal ou encore Ioshi.

Needa quitta alors le monde des vivants, pour la dimension des Anciens, afin que la vie continue son chemin, laissant ancien univers sombrer.

La vie avait été sauvée, et c’est dans la dimension des Anciens qu’elle allait renaître et prospérer. Le monde fut renommé…Yggdrasil.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:15 (2018)    Sujet du message: Les livres de Needa, Tome I

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le monde d'Yggdrasil Index du Forum -> Zone RP -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com